DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Flottille de la Liberté: réactions à Jérusalem

Israël reste ferme, pas question de violer le blocus naval de Gaza, “même symboliquement”. Ce dimanche, Luis Carballo, l’envoyé spécial d’euronews

Vous lisez:

Flottille de la Liberté: réactions à Jérusalem

Taille du texte Aa Aa

Israël reste ferme, pas question de violer le blocus naval de Gaza, “même symboliquement”. Ce dimanche, Luis Carballo, l’envoyé spécial d’euronews s’est rendu dans la vieille ville de Jérusalem, il a interrogé des Israéliens et des Palestiniens. Le gouvernement israélien devait-il laisser entrer la flottille dans les eaux gazaouies?

Luis Carballo:
“Nous avons parlé à la fois à des Israéliens et des Palestiniens ici à Jérusalem. Les Palestiniens évoquent le manque d’humanité du gouvernement Netanyahu qui a refusé de laisser passer la flottille. Beaucoup d’Israéliens estiment qu’ouvrir le passage à Gaza équivaut à ouvrir grand la porte au Hamas.”

“Le gouvernement israélien donne l’autorisation à tous ceux qui envoient de l’aide humanitaire à Gaza, mais ils veulent juste vérifier estime, cet homme. Comment savons-nous qu’il n’y a pas d’armes? La flottille précédente était censée apporter de l’ aide humanitaire, et nous avons trouvé des armes et toutes sortes de choses pour attaquer les soldats. Alors, bien sûr, nous devons être prudents, et contrôler ce qui se passe”.

“Israël a signé de nombreux accords il y a des années, avant le gouvernement de Netanyahu, même avant Begin et Rabin, et ils s’en moquent. Un point c’est tout”, juge ce Palestinien.

Hannen Zoabi est membre de la coalition “Liste commune” à la Knesset, qui regroupe quatre partis arabes israéliens. Le député arabe israélien Bassel Ghattas présent dans la flottille, fait partie de cette coalition. En 2014, Hannen Zoabi a été suspendue de la Knesset pendant six mois, et en Septembre 2010, elle faisait partie de la première flottille. Elle était sur le Mavi Marmara la nuit au cours de laquelle neuf militants turcs ont été tués dans un assaut par des commandos israéliens.

Luis Carballo:
“La présence de Bassel Ghattas sur l’un des bâteaux de la flottille a suscité une vive polémique à la Knesset, et le Premier ministre a émis de sévères critiques, en particulier contre vous. Comprenez-vous ces polémiques? Défendez-vous le droit de Bassel Ghattas de prendre part à cette flottille?”

Haneen Zoabi, membre de la Knesset:
“Participer à la Flottille de la liberté, ou toute autre participation politique pour briser le siège de Gaza est un geste humanitaire, moral et politique au plus haut niveau. Le problème, ce n’est pas Bassel Ghattas ou le combat palestinien contre le blocus, le problème, c’est la politique d’Israël qui n’autorise pas la moindre manifestation de révolte palestinienne ou internationale pour briser le blocus”.

Luis Carballo:
Le blocus de gaza dure depuis déjà 8 ans, est-il temps d’y mettre fin?

Haneen Zoabi:
“Bien sûr… Nous parlons de violations des droits de l’homme, nous parlons de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité. Le taux de pauvreté à Gaza est de 40 pour cent, le taux de chômage est de 60 pour cent, et seulement 15 pour cent des marchandises entrent maintenant dans la bande de Gaza, si l’on compare aux marchandises qui entraient avant le blocus. Les Israéliens ont pris au piège près de deux millions de Palestiniens à Gaza, ils ont pris leur liberté, et les ont privés de leurs besoins fondamentaux.”