DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les effets nefastes du contrôle des changes sur l'économie grecque


économie

Les effets nefastes du contrôle des changes sur l'économie grecque

Depuis le début de la matinée lundi, les grecs se rendent en masse dans les stations-service pour remplir le réservoir de leur voiture et dans les supermarchés pour remplir leur réfrigérateur, Les grecs ont peur de la disparition progressive des produits importés et de la raréfaction des produits de base.

“La chose la plus inquiétante concerne les procédures quotidiennes de chaque entreprise. Depuis que nous ne pouvons plus faire des transactions bancaires en ligne avec l‘étranger, et compte tenu que notre économie n’a pas une production suffisante pour être autonome, les importations sont très importantes, explique Kostas Mihalos, président de la chambre de commerce d’Athènes. On devrait prendre des mesures pour faire en sorte que les entreprises locales puissent faire affaire avec des fournisseurs étrangers pour éviter des problèmes dans la chaîne d’approvisionnement”.

La bourse d’Athènes est fermée tout comme les banques pendant le contrôle des capitaux

“Le retour de la confiance des investisseurs dépendra de la vitesse et des circonstances dans lesquelles la bourse d’Athènes réouvrira, explique Kostas Botopoulos, le Président de la Commission du marché des capitaux en Grèce. Ces mesures sont temporaires et dès que les choses redeviennent normales, les marchés d’actions réouvriront et là nous verrons comment ça se passe. Mais les circonstances dans lequelles tout ceci repartira, détermineront si la confiance est revenue ou va revenir. On espère tous que ce sera le cas”.

Soixante euros par jour, c’est le maximum que chaque citoyen grec peut retirer aux distributeurs automatiques en attendant la réouverture des banques fixée au 7 juillet prochain normalement.

“Le monde des affaires en Grèce a lancé un dernier appel au gouvernement grec et aux institutions pour un comportement plus responsable afin qu’une solution puisse être trouvée même pendant la semaine et pour que l‘économie grecque évite le pire, affirme Symela Touchtidou, correspondante d’Euronews à Athènes.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

La Grèce fait chavirer les marchés d'actions européens