DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"Si le "non" l'emporte, gare à la secousse financière"


économie

"Si le "non" l'emporte, gare à la secousse financière"

Le défaut de la Grèce sur l‘échéance de remboursement de 1,5 milliard d’euros au FMI, a encore une fois fait chuter les principaux marchés boursiers de la zone euro de plus de 1% mardi soir : -1,6% pour le Cac40 à Paris et -1,5% pour le Footsie de Londres, le Dax de Francfort affichant un repli de 1,25%.
L’euro recule encore face au dollar à 1 dollar 1140 et le cours du baril de Brent regagne ses pertes de lundi à 63 dollars et 10 cents.

Sasha Vakulina, Euronews :
“Les marchés mondiaux suivent de très près la crise grecque. Pour débattre des derniers développement nous sommes avec Angus Campbell, analyste chez FxPro.
Wall Street a chuté lundi, et aujourd’hui mardi, les indices boursiers européens ont encore perdu du terrain. Qu’est-ce qui se passe Angus bordel ?

Angus Campbell : analyste FxPro:
Oui, les marchés prennent juste les choses étape par étape. On a vu un bel exemple d’aversion au risque, il ne faut pas mésestimer l’inquiétude dans laquelle sont les investisseurs. Il y a eu une sévère correction sur les indices boursiers dans le monde, et une hausse soudaine des taux d’emprunt de plusieurs nations périphériques de la zone euro. Et les investisseurs sont inquiets de la contagion qui pourrait se produire si la situation grecque empirait. Et nous prenons les choses comme je le disais : chaque jour et une étape à la fois.

Euronews
Les banques sont fermées cette semaine. Vont-elles réouvrir la semaine prochaine. Sinon que se passera-t-il ?

Angus Campbell
Les sondages suggèrent que la majorité du peuple grec veut continuer avec la monnaie unique, mais parallèlement, l’actuel Premier ministre qui a appelé à cette consultation, demande aux grecs de voter “non”. Et si c’est le résultat du vote à l’issue du référendum de dimanche, alors on va se trouver devant une secousse financière très sérieuse.
En effet au sein des marchés ça pourrait avoir un effet important en terme d’aversion au risque. Et je pense que les banques resteraient alors fermées pendant un certain temps avec un durcissement parallèle du contrôle des changes.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

Grèce : de l'arrièré de paiement à la sortie de l'euro