DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grèce : Athènes a renvoyé la balle dans le camp des institutions


Grèce

Grèce : Athènes a renvoyé la balle dans le camp des institutions

À court d’argent, la Grèce n’a donc pas pu honorer hier le remboursement de plus de 1,5 milliard d’euros au Fonds monétaire international (FMI).
Du coup Athènes a dû, une nouvelle fois, tendre la main à ses partenaires de la zone euro qui vont examiner ce mercredi les dernières propositions envoyées par le ministre des Finances, Yanis Varoufakis, afin d’obtenir une révision complète du dossier grec et une aide financière.

Parce qu’en faisant défaut, Athènes se voit désormais privée d’argent frais des diverses institutions, le FMI, la Banque centrale européenne et l’Union européenne, qui l’avaient mise sous perfusion financière depuis 2010.

Le FMI essuie pour sa part le plus lourd défaut de son histoire. Au dernier moment, la Grèce a tenté d’activer une clause exceptionnelle permettant d’obtenir un report de son paiement. Mais l’institution n’a pas encore statué.

[YOU] Alexis Tsipras a-t-il raison de laisser les Grecs se prononcer par référendum sur le plan de sauvetage international? ❏ Oui ❏ Non ❏ Sans opinion

Posted by euronews on Tuesday, 30 June 2015

Les conséquences globales sont, elles, encore difficiles à prévoir, explique notre correspondant à Athènes, Akis Tatsis.

Akis Tatsis, euronews, Athènes :
“La Grèce est donc devenue le premier pays développé à ne pas avoir pu remplir ses obligations auprès du FMI, provoquant frustration et préoccupation en Europe et à Washington. Les répercussions seront bientôt visibles, pas seulement en Grèce, mais dans le monde entier. “

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Felipe VI poursuit sa visite officielle au Mexique