DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grèce : les banques ouvrent pour les retraités grecs sans carte de débit


Grèce

Grèce : les banques ouvrent pour les retraités grecs sans carte de débit

Des policiers veillent à ce que tout se passe dans le calme et sans incident.
Depuis ce matin, et pendant trois jours, un million et demi de retraités sans carte de débit peuvent venir retirer 120 euros dans 968 agences bancaires exceptionnellement ouvertes.

A minuit, on a appris qu’ils seraient servis par ordre alphabétique, beaucoup se sont donc déplacés pour rien.

C’est une très mauvaise décision, mais les gens sont patients et calmes. Nous surmonterons cette situation. Une solution va être trouvée.”

Avec 60 euros par jour, je ne peux pas acheter l’essentiel. Mes trois enfants sont au chômage, et nous ne pouvons vivre de cette manière. L’Europe devrait être plus sérieuse.”

La nervosité et l’exaspération sont palpables dans les files d’attente, car beaucoup espéraient retirer ces 120 euros dès aujourd’hui, après avoir touché leur retraite lundi, et acheter des médicaments, des biens indispensables avant même l’alimentation.

Depuis les premières heures, ce matin, des milliers de têtes grises font la queue devant les agences bancaires du pays pour obtenir une petite partie de leur retraite. Dans les files d’attente, les discussions sur le vote qui aura prochainement lieu et les développements politiques en Grèce créent une énorme polémique“ a expliqué notre journaliste à Athènes, Akis Tatsis.

Un sondage d’opinion, publié ce mercredi, par un journal de gauche, donne 54 % de Grecs en faveur du non aux dernières propositions des créanciers et 33 % en faveur du oui.
Depuis l’instauration d’un contrôle bancaire, le fossé s’est un peu rétréci entre le oui et le non.

Ce référendum ne répond pas aux “standards européens” selon le Conseil de l’Europe.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Crise grecque : Merkel ferme la porte à une solution rapide