DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Après le référendum, les Grecs s'interrogent sur leur avenir


Grèce

Après le référendum, les Grecs s'interrogent sur leur avenir

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Après la nuit de fête des partisans du non, *la Grèce s’est réveillée
dubitative* sur son avenir économique et européen. Beaucoup d’habitants sont inquiets face à la fermeture des banques qui se poursuit. Les files d’attente s‘étirent encore devant les distributeurs automatiques pour tenter de retirer les 60 € quotidiens autorisés.

“En fait, le oui et le non étaient interprétés par les étrangers comme un oui ou un non à l’Europe, dit une Athénienne. Si le oui l’avait emporté, nous aurions envoyé le message que vous souhaitions rester dans la zone euro. Maintenant, en disant non, je ne sais pas quel message nous avons envoyé.”

“Tsipras peut parvenir à un meilleur accord que celui qui nous était proposé, estime un commerçant. Nous ne sommes pas contre les Européens. Nous ne sommes bien sûr pas d’accord sur tout, mais ils ne peuvent pas nous demander mille choses et ne jamais faire ne serait-ce qu’un petit effort.”

Les boutiques et les échoppes sur les marchés ne peuvent pas payer leurs employés. Quant à l’activité touristique, elle dévisse clairement, les étrangers préférant souvent d’autres destinations.

“Les Grecs sont unis mais s’interrogent au lendemain du référendum, conclut notre correspondant Apostolos Staikos. La fermeture des banques peut provoquer du stress chez les citoyens. C’est pourquoi ils demandent au gouvernement de signer un accord pour restaurer la concorde dans le pays.”

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Varoufakis n'est plus le ministre grec des finances