DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Résoudre les différends sur le nucléaire iranien "maintenant ou jamais"

Si accord il y a sur le programme iranien, les sanctions de l’ONU sur le “commerce des armes et les missiles” seront quand même maintenues. C’est un

Vous lisez:

Résoudre les différends sur le nucléaire iranien "maintenant ou jamais"

Taille du texte Aa Aa

Si accord il y a sur le programme iranien, les sanctions de l’ONU sur le “commerce des armes et les missiles” seront quand même maintenues. C’est un haut responsable américain qui l’affirme. Les chances d’une entente s’avèrent donc très fines, la levée des sanctions sur les missiles balistiques iraniens étant l’un des principaux points de divergence entre Téhéran et les grandes puissances.

“L’argument côté iranien est que si l’embargo sur les armes est maintenu, quel critère, quel raisonnement objectif, les grandes puissances vont-elles tenir à l’avenir pour le lever. Cela va-t-il arriver dans deux ans, cinq ans, dix ans ? L’embargo va-t-il être maintenu indéfiniment ? Et du côté des grands puissances, on estime que si l’embargo est levé alors que le Moyen-Orient est dans la tourmente, cela risque d’envoyer un signal très fort aux pays de la région ce qui rendrait cet accord très toxique. Ce sont de graves préoccupations politiques qui subsistent des deux côtés”, explique Ali Vaez de l’International Crisis Group (ICG).

L’Iran et les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la Russie, la Chine, la France et l’Allemagne ont décidé de prolonger leurs négociations jusqu’au vendredi 10 juillet.

Reihaneh Mazaheri, euronews :
“Trouver des réponses à toutes ces questions nécessite davantage de temps. C’est la seule nouvelle importante qui ressort de ces pourparlers, même si les négociateurs disent qu’il n’est pas prévu d’allonger les délais. Au cours des deux derniers jours, les négociations entre les ministres des Affaires étrangères et leurs adjoints ont duré jusqu‘à la nuit. Les deux parties ont souligné qu’il était temps de résoudre les différends, maintenant ou jamais”.