DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La société d'espionnage Hacking Team fournissait des pays européens

- La société italienne Hacking Team, qui fournit des logiciels espions utilisés par les gouvernements pour pister les conversations téléphoniques

Vous lisez:

La société d'espionnage Hacking Team fournissait des pays européens

Taille du texte Aa Aa

- La société italienne Hacking Team, qui fournit des logiciels espions utilisés par les gouvernements pour pister les conversations téléphoniques, les messages ou données sur internet, a été piratée le 5 juillet dernier. Depuis, plus de 400 Gigaoctets de données de l’entreprise se baladent dans la nature, l‘équivalent de 570 CD de données.

- Le Mexique est le principal client de Hacking Team, suivi de l’Italie, du “Maroc”: https://firstlook.org/theintercept/2015/07/07/leaked-documents-confirm-hacking-team-sells-spyware-repressive-countries/ et de l’Arabie Saoudite. Selon Privacy International, l’entreprise aurait donc une liste de clients bien fournie, une quarantaine au total, parmi lesquels l’Egypte, l’Ethiopie, le Nigeria, le Soudan, le Chili, le Panama, la Colombie, l’Equateur, le Honduras, les Etats-Unis, l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan, la Malaisie, la Mongolie, Singapour, la Corée du Sud, la Thaïlande, l’Ouzbékistan l’Australie, Chypre, la République tchèque, l’Allemagne, la Hongrie, le Luxembourg, la Pologne, l’“Espagne”:http://www.elconfidencial.com/tecnologia/2015-07-06/cni-hackers-team-espionaje-contratos_916216/, la Suisse, Bahreïn, la Russie ou encore les Emirats Arabes Unis.

- En avril dernier, la société milanaise a présenté ses produits au ministère de l’intérieur français, et la place Beauvau a semblé intéressée par ses propositions.

- Hacking Team fait partie des cinq entreprises qualifiées d’“ennemies d’internet” par Reporters Sans Frontières, en raison des pratiques commerciales de la société, et des outils de surveillance proposés comme DaVinci, qui permet d’activer le micro d’un smartphone ou de pénétrer dans le système d’un ordinateur.

- Les logiciels d’Hacking Team ont permis de cibler des “groupes d’activistes” comme l’ONG Human Rights Watch ou le Citizen Lab, d’après le média The Intercept, proche des lanceurs d’alerte.

- Sur son site, hackingteam.com/ Hacking Team propose ses “produits” comme les autres, ou presque, comme n’importe quel fournisseur.
Il faut dire que l’entreprise a développé une large palette de services. Leur produit phare, dénommé RCS, ou Remote Control System, est un packaging incluant des logiciels tels que DaVinci et Galileo. Ils permettent de visualiser les frappes effectuées sur le clavier de l’ordinateur visé, d’en collecter les informations sensibles telles que les adresses mails, les documents enregistrés ou les mots de passe, ou encore de récupérer les historiques de navigation, malgré un éventuel cryptage.
Une collecte de données, elle, cryptée et impossible à tracer.

- Sur son compte Twitter, Hacking Team évoque les failles de sécurité pour défendre la nécessité des programmes de surveillance.

- Hacking Team affirme cependant avoir agi de manière complétement éthique et dit à “IBTimes UK” que la société n’a pas enfreint la loi

- Le député européen libéral Marietje Schaake has submit a posé une question à la Commission européenne concernant la violation de sanctions européennes. Elle précise sa position sur son blog

- La Hongrie figure parmi les clients de Hacking Team depuis 2008. Deux agences des services secrets hongrois ont payé des services de hacking, indiquent les registres de la société, l’Office de l’Information( IH), depuis 2008 et le NSC (Service pour la Sécurité Nationale). L’ensemble de ces contrats ont été divulgués sur le web. Elles ont déboursé à elles deux 1 896 000 eurosauprès d’Hacking Team, faisant de la Hongrie le sixième plus gros client de la société. La Hongrie, comme Singapour, est aussi le troisième plus ancien client, précédé par l’Italie (2004) et l’Espagne (2006).