DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les Grecs partagés entre l'espoir et la peur de l'avenir


Grèce

Les Grecs partagés entre l'espoir et la peur de l'avenir

L’incertitude domine dans les rues d’Athènes. Les banques vont rester fermées jusqu‘à lundi prochain, a annoncé le gouvernment.
Les retraits sont toujours limités à soixante euros par jour et par personne. “J’ai peur, vraiment peur de ce qui peut arriver si on n’arrive pas à un accord”, explique une passante. “Je en peux pas imaginer qu’on soit isolés du reste de l’Europe. Ce serait tragique”, estime l’un de ses concitoyens. Pour d’autres, le mieux serait de “rester dans la zone euro, mais pas en ces termes qui ont conduit les gens vers ce carnage”, évoquant les difficultés à faire face chaque jour aux besoins élémentaires, à commencer par la nourriture. Désormais, de grandes banques pourraient être contraintes de fermer pour de bon en raison de la crise. D’après une source officielle, les principaux établissements du pays, aujourd’hui au nombre de quatre, pourraient bientôt n‘être plus que deux.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Plus de 4 millions de réfugiés syriens et pas assez de moyens (ONU)