DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

The Gallow : le film d'horreur dans la veine de Paranomal Activity


cinema

The Gallow : le film d'horreur dans la veine de Paranomal Activity

En partenariat avec

“The Gallows”, traduisez La Potence. C’est le titre du film et celui de la pièce que les élèves d’un lycée veulent mettre en scènes vingt ans après qu’un accident aussi tragique que meurtrier a décimé des lycéens qui voulaient mettre en scène la même pièce.

Chris Lofing et Travis Cluff sont les deux réalisateur de ce film d’horreur et ils semblent garder de biens mauvais souvenirs de leurs années lycée.

“Chris et moi, on faisait beaucoup de théâtre et on entendait toute sorte d’histoires un peu folles sur des fantômes dans les théâtres” confie Travis Cluff. “Et puis il y a le lycée. Les lycées sont déjà effrayants en plein jour avec toutes les pressions sociales. Mais la nuit, quand vous êtes pris au piège, ou quand les répétitions durent tard le soir, il y a une atmosphère terrifiante et c’est ce qu’on a essayer de rendre dans ce film.”

Le film est monté en caméra subjective comme s’il s’agissait d’un documentaire sur la base d’enregistrements retrouvés après coup.

Le genre “found footage” est très apprécié des réalisateurs de films d’horreur et permet aux acteurs, comme ici Ryan Shoos, de mettre la main à la pâte et de prendre la caméra.

“On a commencé dans un style un peu guérilla” raconte l’actrice Pfeifer Brown. “Ryan a presque tout filmé. Les réalisateurs nous mettait dans le grenier et nous disait, par walkie-talkie,ce qu’il fallait filmer, et on le faisait.”

Le producteur du film, Jason Blum, est un spécialiste du genre qui avait fait ses preuves en 2009 avec “Paranormal Activity”.

“The Gallow”, sortie en France le 22 juillet.

Le choix de la rédaction

Prochain article

cinema

Karlovy Vary : un premier long-métrage canadien en lice pour le Globe de Cristal