DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Feu vert du Parlement grec aux propositions du gouvernement

A une très large majorité, le Parlement grec a donné son feu vert aux réformes présentées la veille par le gouvernement à ses créanciers. Les

Vous lisez:

Feu vert du Parlement grec aux propositions du gouvernement

Taille du texte Aa Aa

A une très large majorité, le Parlement grec a donné son feu vert aux réformes présentées la veille par le gouvernement à ses créanciers. Les trois-quarts des députés ont approuvé un programme très proche de celui rejeté par référendum il y a une semaine.

Ces propositions sont plus ou moins celles réclamées par les créanciers. Désormais, Alexis Tsipras dispose d’un mandat pour négocier avec les bailleurs.

“Pour répondre à la question de savoir si nous avons fait des erreurs pendant les cinq mois de négociations, la seule réponse honnête est de dire oui. Oui, nous avons fait des erreurs”, a-t-il reconnu devant le Parlement.

17 députés du parti Syriza n’ont pas voté pour ces propositions. 15 autres ont voté “oui” mais se sont engagés par écrit à rejeter les réformes quand elles seront votées.

“Nous avons jusqu‘à dimanche, dimanche, nous devons avoir terminé M. le Premier ministre. Je ne peux même pas imaginer à quoi ressemblera le pays lundi si aucun accord n’est conclu” a averti Evangelos Meimarakis, le leader par intérim du parti de droite Nouvelle Démocratie.

Les créanciers d’Athènes – la Commission européenne, la BCE et le FMI – ont accueilli positivement les propositions d’Athènes.

Les Grecs, qui ont rejeté à 61 % de nouvelles mesures d’austérité, ont de quoi être déçu, comme ces manifestants devant le Parlement qui appellent le gouvernement d’Alexis Tsipras à tenir ses promesses.

“Malgré les 17 défections dans le camp de la coalition de gouvernement, Alexis Tsipras a obtenu l’accord du parlement grec pour reprendre les négociations avec les créanciers du pays. Mais la rébellion des députés est source de grande inquiétude pour les leaders de Syriza alors que de nouvelles mesures d’austérité devront être très bientôt adoptées par le Parlement”, souligne notre correspondant Stamatis Giannisis.