DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grèce : le contenu de l'accord

17 heures de discussions pour arracher un accord à l’unanimité. Alexis Tsipras a accepté un plan de réformes et les dirigeants de l’eurozone sont

Vous lisez:

Grèce : le contenu de l'accord

Taille du texte Aa Aa

17 heures de discussions pour arracher un accord à l’unanimité. Alexis Tsipras a accepté un plan de réformes et les dirigeants de l’eurozone sont prêts à initier des négociations pour un troisième plan de sauvetage de la Grèce.

Le montant de l’aide financière à la Grèce avoisinerait les 86 milliards d’euros, venant du Mécanisme européen de stabilité, et à partir de mars 2016, aussi du FMI.

Alexis Tsipras a aussi accepté la condition posée par l’Allemagne de créer un fonds pour privatiser les avoirs grecs. Angela Merkel a toutefois renoncé à ce qu’il soit basé au Luxembourg. Le fonds sera en Grèce et géré par les autorités grecques, sous supervision des Institutions européennes.

Ce fonds vise à atteindre les 50 milliards d’euros avec la vente des avoirs de l’Etat grec. 25 milliards serviront à recapitaliser les banques grecques, l’autre moitié sera répartie à 50% pour repayer la dette, et pour investir dans l‘économie grecque.

La Commission Européenne va aussi travailler avec le gouvernement grec pour aider à relancer la croissance et créer des emplois, reprenant la proposition de Jean-Claude Juncker : 35 milliards d’euros, venant des fonds européens, seront investis en Grèce.

Mais avant d’initier les négociations sur le plan de sauvetage, le parlement grec doit approuver six mesures, dont quatre au plus tard mercredi, notamment des coupes automatiques dans les dépenses au cas de déviations sur les objectifs du déficit, la simplication des tranches de la TVA et son élargissement pour augmenter les prélèvements, et des mesures pour la réforme du système de retraites, pour le rendre viable.

Le document issu de l’euro sommet exige aussi de la Grèce un calendrier pour la libéralisation de l‘économie suivant les recommandations de l’OCDE, plus de flexibilité du marché de travail, et la privatisation du réseau d‘électricité.