DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le rebond des marchés chinois et l'Égypte en quête de devises américaines


Business Middle East

Le rebond des marchés chinois et l'Égypte en quête de devises américaines

Bienvenue dans Business Middle East. Au sommaire de cette édition : le rebond des marchés chinois. Et dans notre rubrique Business Snapshot : gros plan sur l‘Égypte et sa quête de fonds en dollar.

Après la dégringolade des places financières chinoises le mois dernier, le gouvernement a pris des mesures pour soutenir les marchés, ce qui a permis le début d’embellie observée vendredi dernier.

Pour autant, certains analystes estiment que la volatilité de la bourse chinoise pourrait se propager par delà les frontières. Un mouvement de panique s’est, en effet, emparé des investisseurs – en majorité des particuliers.

Alors, y a-t-il véritablement un risque de “krack” boursier en Chine ? Le point avec ce reportage.

Les marchés chinois montrent des signes de reprise sur fond d’interventionnisme gouvernemental massif

La Bourse chinoise profite donc des mesures de soutien du gouvernement.

Au cours des deux dernières semaines, les autorités ont notamment réduit les taux d’intérêt, suspendu les introductions en Bourse et incité les intermédiaires à acheter des actions grâce aux liquidités fournies par la banque centrale.

Objectif : enrayer la débâcle sur les places financières chinoises qui ont chuté d’environ 30 % en moins d’un mois.

Des mesures qui ont commencé à porter leurs fruits en fin de semaine dernière : vendredi, l’indice composite de la Bourse de Shanghai clôturait ainsi en hausse de 4,59 %, et celui de la Bourse de Shenzen gagnait 4,86 %.

Pour aider à stabiliser les marchés, les actionnaires détenant plus de 5 % d’une société ont désormais l’interdiction de vendre leurs actions pendant une période 6 mois. Les autorités ont également annoncé le lancement d’un plan d’investissement de plus de 36 milliards d’euros en faveur des régions en perte de croissance.

L‘éclairage de l’expert

Daleen Hassan, Euronews:
“Pour analyser la forte volatilité des marchés chinois, j’accueille Nour Eldeen Al-Hammoury, responsable en chef des Stratégies Marchés, chez ADS Securities, à Abu Dhabi.
Nour, comment interprétez-vous les dernières tendances boursières en Chine ? Techniquement, la reprise peut-elle continuer ?”

Nour Eldeen Al-Hammoury, ADS Securities :
“Le récent ralentissement économique en Chine a renforcé la peur des investisseurs qui se sont retirés des marchés pour faire fructifier leur argent via des placements jugés plus sûrs.

Pour autant, les autorités de régulation chinoises sont intervenues pour stopper l’hémorragie et pourraient faire de même, si la situation l’impose à nouveau.

D’un point de vue technique, c’est l’indice composite de la Bourse de Shanghai en situation baissière qui a conduit à l’effondrement des marchés de 30 %.

Mais, le plus important, comme on peut le voir sur ce graphique, c’est le rebond de plus de 8 % observé au cours des derniers jours. En outre, cette hausse a dépassé la moyenne mobile sur 200 jours, un indicateur très important pour les prévisions à court et à moyen terme.

A noter que jusqu’ici, l’indice composite de Shanghai n’a pas chuté en dessous de cette moyenne mobile, ce qui est une bonne chose pour l’avenir notamment des fonds spéculatifs.

C’est sans doute aussi pour cela que l’indice de la Bourse de Shanghai est remonté la semaine dernière. Et aussi longtemps que cet indice se maintient au dessus de la moyenne mobile, les perspectives restent positives à court et à moyen terme.”

Daleen Hassan, Euronews :
“Selon vous, les réactions vis-à-vis de la volatilité des marchés chinois étaient-elles exagérées ? Quel a été l’impact sur les marchés au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ?”

Nour Eldeen Al-Hammoury, ADS Securities :
“L‘économie chinoise est l’une des plus importantes et elle a soutenu la reprise mondiale après la crise financière.

C’est pour cette raison que son ralentissement continu suscite l’inquiétude des investisseurs. Cependant, il faut signaler que ce relatissement n’est ni significatif, ni dangereux !

La Chine continue d’afficher une croissance de 7 %, soit le taux le plus élévé au monde.

Les investisseurs n’ont donc aucune raison de paniquer.

Concernant les marchés du Moyen-Orient, comme toujours, les actions sont sensibles aux évolutions mondiales et donc, à ce qui s’est produit en Chine et en Grèce.

Cette semaine, on commence à assister à des signes positifs sur les marchés financiers misant sur un accord européen à propos de la dette grecque.”

Daleen Hassan, euronews :
“Merci Nour et à la semaine prochaine.”

La deuxième plus grande banque égyptienne est actuellement en pourparlers avec différentes institutions internationales afin d’augmenter ses réserves en dollar. Tous les détails à suivre dans notre rubrique Business Snapshot.

Business Snapshot, ou l’instantané économique de la semaine

La banque Misr, le deuxième établissement financier public d‘Égypte, envisage d‘émettre, d’ici à trois mois, des obligations à 5 ans libellées en dollar pour une valeur de 500 millions de dollars, l‘équivalent de près de 455 millions d’euros.

La banque égyptienne est en négociations avec plusieurs institutions internationales dont des organismes membres du Conseil de coopération du Golfe Arabique.

Les troubles politiques et sécuritaires, le marché noir et le fléchissement de l’industrie touristique notamment ont eu, en partie, raison des réserves en devises du pays que cette future émission obligataire devrait contribuer à renflouer. En juin dernier, l’Egypte a d’ailleurs réussi son retour sur le marché international de la dette après cinq ans d’absence, en levant 1,5 milliard de dollars grâce à un eurobond à 10 ans.

C’est tout pour cette édition, n’hésitez pas poster vos commentaires sur les réseaux sociaux d’Euronews avec le hachtag : #businessmiddleeast.
Merci de nous avoir suivi et à la semaine prochaine !

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Business Middle East

Quel bilan pour le premier semestre sur les marchés aux États-Unis et au Moyen-Orient ?