DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Iran : les retombées économiques

Une bouffée d’oxygène, c’est ce que les Iraniens attendent de cet accord. Depuis 2006, ils subissent au quotidien les sanctions imposées à leur pays

Vous lisez:

Iran : les retombées économiques

Taille du texte Aa Aa

Une bouffée d’oxygène, c’est ce que les Iraniens attendent de cet accord. Depuis 2006, ils subissent au quotidien les sanctions imposées à leur pays et même si cela prendra du temps avant d’en ressentir les effets, l’avenir ne peut qu‘être meilleur. C’est le message que le président Rohani veut que son peuple retienne :

“Aujourd’hui, c’est une nouveau commencement, le début d’un avenir meilleur pour nos jeunes, le début de la reprise du développement pour notre cher pays”, a-t-il assuré.

La libération des avoirs iraniens gelés dans les banques environ 100 milliards de dollars, la reprise des échanges bancaires et l’ouverture du marché devraient à terme bénéficier aux Iraniens, lesquels ont bien conscience qu’ils ne seront pas les seuls gagnants:

“C’est sûr, ça signifie un nouveau départ. Parce que, bien sûr, notre production de pétrole va changer, et au final, notre économie… D’après ce que je sais, les pays européens sont prêts à investir en Iran, et à ce que l’Iran soit présent là-bas”, espère ce commerçant.

“Personne ne serait entré dans une négociation sans un objectif. Ils vont naturellement tirer parti de notre pays aussi. Mais, c’est sûr, ce sera vraiment bénéfique pour nous”, ajoute son voisin.

Un tiers de l’industrie iranienne s’est mise en veille sous l’effet des sanctions. Les échanges commerciaux se sont effondrés en quelques années. Près de 80 millions d’habitants, une production annuelle avoisinnant les 400 milliards de dollars, c’est la plus grosse économie à rejoindre le commerce et le système financier mondial depuis l’effondrement de l’URSS.

“Si nous assistons à la levée des sanctions, non seulement sur le marché pétrolier, mais dans le secteur de l‘énergie, nous verrons un flux de fonds revenir sur le marché intérieur. La levée des sanctions et de l’embargo ouvrira potentiellement la voie à un certain degré d’investissement étranger, ce qui selon moi, sera extrêmement important” assure cet expert.

La modernisation du secteur pétrolier, la reprise des exportations, mais aussi la modernisation des infrastructures devraient booster les investissemnts et apporter le cash dont le pays a tant besoin. Et pour Israel, c’est bien sûr une mauvaise nouvelle :

“L’Iran pourra exporter plus de pétrole et de gaz, et il y aura beaucoup de sanctions levées. En fait, cet accord autorise l’Iran à se doter d’une industrie nucléaire et nous pensons que, dans dix, quinze ans, l’Iran deviendra une puissance nucléaire” redoute l’expert israélien Eldad Pardo.

Israel qui rejetait depuis des mois tout pacte avec l’Iran, continue de mettre avant les dangers de cet accord, jugé “une erreur historique.”