DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'accord obtenu sur le nucléaire iranien divise profondément les États-Unis

Les républicains aimeraient empêcher le Président Obama de ratifier le texte, mais ils ont besoin pour cela de convaincre les deux tiers du Congrès

Vous lisez:

L'accord obtenu sur le nucléaire iranien divise profondément les États-Unis

Taille du texte Aa Aa

Les républicains aimeraient empêcher le Président Obama de ratifier le texte, mais ils ont besoin pour cela de convaincre les deux tiers du Congrès. C’est l’objectif de l’ancien directeur de la CIA de George W. Bush. “Le plus décevant, c’est “l’accès supervisé” des inspections, estime Michael Hayden. Je suis également très surpris que les Iraniens aient obtenu une levée de l’embargo sur les armes conventionnelles et les missiles balistiques. Cette levée n‘était même pas une des demandes des Iraniens au début des discussions.”

Les experts proches de la Maison Blanche ne sont pas du tout d’accord avec cette lecture, à l’image de Daryl Kimball, directeur de l’Arms Control Association : “cet accord permet un système d’inspection bien plus étendu que celui de l’accord préliminaire conclu le 2 avril. Ceux qui disent que l’accord est moins bon ne savent pas de quoi ils parlent. Ils ne comprennent pas.

“L’embargo sur la vente d’armes à l’Iran restera en vigueur de cinq à huit ans. Un sujet explosif pour les candidats à la présidentielle comme le souligne notre correspondant à Washington Stefan Grobe : “les candidats à l’investiture républicaine n’ont pas perdu de temps pour qualifier cet accord d’irresponsable et de dangereux ; Un avant-goût de ce que sera le débat politique ici dans les mois à venir. Mais il y a peu de chance que les Républicains arrivent à stopper la ratification de l’accord en raison du droit de veto présidentiel d’Obama.” “Le plus décevant c’est “l’accès supervisé” des inspections, estime Michael Hayden. Je suis également très surpris que le Iraniens aient obtenu une levée de l’embargo sur les armes conventionnelles et les missiles balistiques. Cette levée n‘était même pas une des demandes des Iraniens au début des discussions.”