DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Solar Impulse 2 interrompt son tour du monde pour plusieurs mois

L’escale de Solar Impulse 2 à Hawaï se prolonge. L’avion monoplace, fonctionnant uniquement à l‘énergie solaire, a entrepris le 9 mars dernier un

Vous lisez:

Solar Impulse 2 interrompt son tour du monde pour plusieurs mois

Taille du texte Aa Aa

L’escale de Solar Impulse 2 à Hawaï se prolonge. L’avion monoplace, fonctionnant uniquement à l‘énergie solaire, a entrepris le 9 mars dernier un tour du monde dont le but est de promouvoir l’usage des énergies renouvelables.

Record du monde

Parti d’Abou Dhabi, il a déjà fait escale à Mascate, Bénarès (Inde), Mandalay (Birmanie), Chongqing, Nankin (Chine) et Nagoya au Japon, où il a été contraint de se poser en raison de la météo. Il avait alors déjà dû s’arrêter pendant un mois, l’un de ses ailerons ayant été abîmé sur le tarmac de l’aéroport nippon, et avait dû rester de longues heures exposé aux intempéries.

En reliant Nagoya à Hawaï en cinq jours de vol, Solar Impulse 2 a largement battu le record du monde de vol en solitaire. Mais cette traversée historique ne s’est pas faite sans dommages pour l’appareil. Cette fois, c’est une surchauffe qui a endommagé les batteries au lithium stockant l‘énergie électrique. Elle est survenue dès le premier jour du vol.

Un avion fragile et dépendant des conditions météo

Depuis l’arrivée de l’avion à Hawaï le 3 juillet, les ingénieurs évaluent s’il est nécessaire de se faire livrer de nouvelles pièces, qui ne seront pas disponibles immédiatement. Or, le temps presse : après le mois d’août, les conditions météorologiques ne sont pas réunies pour permettre à Solar Impulse 2 de survoler l’océan Pacifique. Ce mercredi, le verdict est tombé. Solar Impulse 2 ne va pas pouvoir redécoller d’Hawaï pour rejoindre Phoenix en Arizona avant le printemps prochain.

Les Suisses André Borschberg et Bertrand Piccard, qui se relaient aux commandes de l’appareil, ont fait savoir que leur tour du monde prendrait donc deux ans, au lieu d’un. Préférant voir le côté positif des choses, les pilotes ont l’intention de profiter de ce temps supplémentaire pour améliorer les performances de l’appareil, en particulier pour permettre un meilleur refroidissement des batteries lors des vols de longue durée.