DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Affrontements à Athènes en marge du vote sur le plan de réformes


Grèce

Affrontements à Athènes en marge du vote sur le plan de réformes

Une poignée de jeunes manifestants s’en est pris aux forces de l’ordre, hier devant le Parlement grec, à Athènes, alors que les députés débattaient de l’accord très controversé conclu entre le gouvernement et l’Eurogroupe. Des poubelles et un véhicule d’une équipe de télévision ont été incendiés. Une cinquantaine de personnes ont été interpellées. “Cela avait commencé comme une manifestation pacifique contre le nouveau plan de réformes, mais très vite le centre-ville s’est transformé en champ de bataille.

“Cela avait commencé comme une manifestation pacifique contre le nouveau plan de réformes, mais très vite le centre-ville s’est transformé en champ de bataille. Un groupe de jeunes hommes masqués a jeté des pierres et des cocktails Molotov sur les policiers qui ont répliqué avec des gaz lacrymogènes”, témoigne notre correspondant Apostolos Staikos.

Juste avant les affrontements, des manifestants avaient défilé pour protester contre le nouveau plan d’austérité. “Je voudrais dire à notre Premier ministre, Alexis Tsipras, qu’il nous a trahi. Il a trahi nos espoirs et nous pensions sincèrement qu’il tenait à notre pays. Nous pensions qu’il était différent. Nous faisons pas confiance aux anciens gouvernements et aux anciens politiciens, il était notre dernière chance”, se désole une Grecque.

“Plus de mensonges, nous en avons assez. Plus de 200 000 jeunes gens ont quitté le pays. Ils sont l’avenir de la Grèce et nous les envoyons dans des usines allemandes. Pourquoi ? Nous devrions tous rester en Grèce et travailler ensemble”, ajoute un autre.

Le syndicat des fonctionnaires ADEDY avait appelé hier à une grève de vingt-quatre heures et les pharmaciens avaient baissé leurs rideaux.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Athènes dit "oui" aux réformes imposées par l'Eurogroupe