DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La véritable question, c'est comment mettre de l'ordre chez nous, de sorte que la maison "Europe" travaille beaucoup plus efficacement

Le suspense du bras de fer avec la Grèce bouscule les marchés et déchaîne les passions en Europe. Mais, cette crise freine-t-elle le projet européen

Vous lisez:

La véritable question, c'est comment mettre de l'ordre chez nous, de sorte que la maison "Europe" travaille beaucoup plus efficacement

Taille du texte Aa Aa

Le suspense du bras de fer avec la Grèce bouscule les marchés et déchaîne les passions en Europe. Mais, cette crise freine-t-elle le projet européen ? C’est le thème de ce nouveau numéro de The Network.

Le referendum grec contre le douloureux plan de sauvetage arrive un an après la déferlante populiste et eurosceptique aux dernières élections européennes.

La menace d’un Grexit – la sortie de la Grèce de la zone euro – a profondément secoué l’Europe.

Pendant que les responsables de l’Union européenne se préparaient à un scénario catastrophe, les leaders eurosceptiques, tels que Nigel Farage du parti Ukip, étaient à la fête. Alors, ont-ils vu juste ?

La crise grecque est-elle seulement l’exemple le plus frappant d’une Europe à plusieurs vitesses en panne d’inspiration pour ne pas dire en voie d’extinction ?

Quant à l’Espagne, sera-t-elle au cœur de la prochaine crise ?

Est-on à l’aube de ce que certains appellent un “Euroggedon” ?

À Bruxelles, depuis le Parlement européen, Chris Burns en débat avec ses trois invités :

- l’eurodéputé tchèque et vice-président du groupe parlementaire ‘Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ALDE), Pavel Telicka,

- l’ex-diplomate Pierre Vimont, membre du think tank Carnegie Europe,

- et Pablo Bustinduy (@pbustinduy), co-ordinateur au Parlement européen de la délégation Podemos – le parti de la gauche radicale espagnole.