DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tsipras en pleine tempête politique

Alexis Tsipras vient d’obtenir le très large soutien du Parlement en faveur des réformes demandées par les créanciers de la Grèce, mais le prix

Vous lisez:

Tsipras en pleine tempête politique

Taille du texte Aa Aa

Alexis Tsipras vient d’obtenir le très large soutien du Parlement en faveur des réformes demandées par les créanciers de la Grèce, mais le prix politique du vote est élevé.

À Athènes, les commentateurs font un bilan sévère. Avec la défection d’un quart des députés Syriza, le Premier ministre a perdu la majorité parlementaire et les quotidiens se font l‘écho des rumeurs d‘élections anticipées. Pour éviter ce scénario, Alexis Tsipras devra, une fois encore, faire la démonstration de ses talents politiques.

“Des élections anticipées n’auront pas lieu si les principaux partis politiques trouvent un terrain d’entente, soit pour continuer avec ce gouvernement, soit pour avec un gouvernement d’union nationale” estime l’analyste politique Maria Karaklioum.

Au lendemain du vote au Parlement, le gouvernement Tsipras semble bien menacé. Un ministre a démissionné mercredi et trois autres n’ont pas soutenu le texte du Premier ministre.

“Le Premier ministre Tsipras a de sérieux problèmes de cohésion” remarque Voulga Kehagia, l‘éditorialiste du quotidien Ta Nea. “Des problèmes de cohésion au sein de son gouvernement et de son parti, mais sa priorité est l‘économie. Il ne fera rien tant que le l’accord avec les créanciers n’est pas finalisé mais, par contre, je crois qu’après il ne pourra éviter un clash au sein de Syriza.”

Dans cette tempête politique, Alexis Tsipras a bénéficié du soutien de l’opposition qui, contrairement aux frondeurs de son parti, a voté les mesures d’austérité.

“Malgré la défection d’un quart des députés de son parti, et même s’il a été aidé par l’opposition, Alexis Tsipras a gagné le plus crucial des votes au Parlement depuis qu’il est Premier ministre” explique Stamatis Giannnisis, le correspondant d’Euronews à Athènes. “La question est maintenant de savoir si le Parlement continuera de le soutenir quand il devra voter point par point les mesures d’austérité.”