DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grèce : la hausse de la TVA : une catastrophe pour certains commerces

Vous lisez:

Grèce : la hausse de la TVA : une catastrophe pour certains commerces

Taille du texte Aa Aa

La TVA, comme la Grèce s’y était engagée vis à vis de ses créanciers, est passée lundi de 13% à 23% pour certains produits d’alimentation courante. Des choix déconcertants parfois pour le consommateur. Ainsi, la viande de porc reste à 13% mais la viande de veau passe à 23%, de même pour les pâtes et le pain : nature, ces deux produits sont taxées à 13% de TVA mais si les pâtes sont en sauce ou le pain vendu sous forme de sandwich, alors c’est 23%.

“On a déjà vécu un relèvement de la TVA sur les produits alimentaires il y a deux ans, explique Giannis Manos, boulanger. Et à partir de là, les ventes ont diminué et les commerces ont licencié”.

“Moi j’ai retiré cinquante euros du ditributeur, explique une athénienne. J’ai déjà presque tout dépensé. Maintenant je dois passer la semaine avec 5 euros. Est-ce que c’est possible ?”

Même si la Grèce connaît traditionnellement un important manque à gagner des recettes issues de la TVA en raison d’une fraude importante, le gouvernement espère 2,4 milliards d’euros de recettes supplémentaires à partir de 2016.

“La charge supplémentaire pour les ménages atteindra 650 millions d’euros par an et ça concerne seulement la TVA sur la nourriture, souligne Lefteris Kiosses, chercheur dans un institut de consommateurs. ça veut dire une moyenne de 157 euros par ménage. Et cet argent, les ménages ne l’ont pas”.

Mais c’est pour les taxis que la pilulle est la plus dure à avaler.

“Cette hausse de la TVA va nous achever affirme un chauffeur, pas seulement nous enlever des clients, de toute façon il y en avait peu. On ne peut pas supporter ça, les gens ne peuvent pas supporter ça. Seulement le passage à 23% de TVA pour les taxis, ça fait 2 euros par çi, 3 euros par là qui viennent s’ajouter au budget familial”.

Les contrôles fiscaux des commerces grecs soumis à la hausse de TVA vont être immédiatement renforcés a assuré le nouveau ministre adjoint aux Finances en charge de la fiscalité.