DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ouverture du scrutin présidentiel au Burundi dans un climat de violences


Burundi

Ouverture du scrutin présidentiel au Burundi dans un climat de violences

Le chaos à Bujumbura au Burundi peu avant l’ouverture du scrutin présidentiel. Explosions, tirs, deux personnes ont été tuées. Selon des témoins, des inconnus auraient ouvert le feu sur la police. La situation est confuse et tendue alors que plus de trois millions et demi de Burundais sont appelés aux urnes ce mardi.

Une élection sans suspens qui devrait offrir un troisième mandat au président Nkurunziza. Un scrutin boycotté par l’opposition et à l’affluence pour l’heure bien timide. La peur est omniprésente.
La peur est omniprésente.

“Je voterai pour un candidat capable d’assurer ma sécurité et de redonner une stabilité au pays. Nous devons tous être protégés dit-il et la sécurité doit être garantie”, dit un électeur.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a appelé les autorités burundaises à “tout faire pour assurer la sécurité et la tenue pacifique” de cette élection présidentielle, jugée par ailleurs non-crédible par la Communauté internationale.

Depuis trois mois, le Burundi est plongé dans une profonde crise politique émaillée de violences qui on fait plus de 80 morts. Les adversaires du président sortant lui reprochent de violer la Constitution en sollicitant un troisième mandat et de mettre en péril l’accord de paix de 2005. Accord qui avait mis un terme à 12 années de conflit et tué 300 000 personnes.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Présidentielle sous très haute tension au Burundi