DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Pour ouvrir les portes de sa maison sans les mains


hi-tech

Pour ouvrir les portes de sa maison sans les mains

En partenariat avec

Une start-up berlinoise s’est penchée sur l’ouverture des portes de résidences. Elle a conçu le système kiwi.ki qui repose sur la même technologie que les clés de voitures. D’ores et déjà plus de 1400 portes berlinoises s’ouvrent ainsi. Grâce à un petit transpondeur porté par l’utilisateur et à un réseau RFID de radio identification il suffit de se tenir dans un rayon de 3 à 4 mètres pour que la porte s’ouvre.

La start up précise aussi qu’elle est la première à avoir connecté à ce système une application sur smartphone.

Claudia Nagel, cofondatrice de Kiwi.ki : “J’ai eu l’idée de Kiwi en novembre 2007. Je venais tout juste d’avoir mon premier fils et j‘étais devant un bâtiment comme celui ci avec un bébé sur un bras et des sacs dans l’autre. Il pleuvait, il faisait froid et je ne trouvais pas mes clés. C’est là où je me suis dit qu’il devait y avoir un moyen plus facile d’ouvrir les portes.”

Les habitants ne sont pas les seuls à bénéficier d’une telle technologie. Ainsi les personnes responsables de la collecte des ordures recyclées peuvent accéder, les mains libres, aux bâtiments. Pour l’instant on est en période d’essai qui va se poursuivre pendant plusieurs mois.

Commentarie par Henryk Ploetz, spécialiste dans les systèmes de fermeture : “C’est beaucoup plus sûr qu’avec des clés normales. Il est facile de copier une clé. Parfois à partir d’une simple photo. Avec ce système on ne peut pas faire ça. C’est le cas pour toutes les clés sans contact mais celle-ci est beaucoup plus sure que les autres systèmes sans contact.”

Quant au business model des clés sans clés il est simple (et prometteur), les résidents peuvent en disposer moyennant un abonnement de 5 euros par mois et par foyer.

Le choix de la rédaction

Prochain article

hi-tech

Le cartable qui se transforme en lampe...