DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

OMI : "Cheerleader", c'est "monumental"


le mag

OMI : "Cheerleader", c'est "monumental"

En partenariat avec

OMI c’est son nom de scène. Son vrai nom est Omar Samuel Pasley et c’est en 2008 qu’il compose cette chanson, la sort en 2012, mais elle connaîtra l’an dernier une nouvelle vie grâce au remix du jeune producteur allemand, Felix Jaehn.

Depuis, c’est l’engouement. Le titre a atteint le top 10 dans 30 pays, en tête des charts d’iTunes dans le monde entier, plus de 230 millions de vues sur YouTube et disque d’or et de platine dans de nombreux pays.

Et maintenant, il a conquis aussi le marché américain. Un succès de plus pour le jeune chanteur de 28 ans.

“Monumental, c’est le mot auquel je pense tout de suite. Vous savez que je ne suis pas originaire des États-Unis. Donc, pour un artiste qui vient d’une petite île des Caraïbes, ça représente beaucoup. C’est un grand moment de fierté”, dit OMI.

OMI connaît son histoire. Pendant près de 10 ans, il n’a été qu’un artiste jamaïcain comme les autres dont les tubes aux saveurs caribéennes ne marchaient que le temps d’un été. Des tubes éphémères ensoleillés, mais qui ne sont généralement pas le tremplin à une carrière durable.

“La Jamaïque a de nombreux héros et les classer dans cette catégorie ou les considérer à ce seul niveau est accablant. Il y a là un gros manque à combler. Vous savez, je suis une petite pointure, mais je ferai de mon mieux. Je ferai de mon mieux pour répondre aux attentes. Pour défendre musicalement mon drapeau en faisant simplement ce que je sais faire”, ajoute le chanteur.

Motivé, le chanteur jamaïcain reste concentré sur son prochain single, qui doit sortir en août. Son premier album est, lui, prévu pour l’automne.

Le choix de la rédaction

Prochain article

le mag

40e édition du Festival Paléo Nyon