DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'athlétisme gangrené par le dopage ?


monde

L'athlétisme gangrené par le dopage ?

Nouveau coup de tonnerre dans le monde de l’athlétisme, après de nouvelles suspicions de dopage révélées conjointement par la chaîne de télévision allemande ARD et le Sunday Times (Grande-Bretagne).

800 échantillons suspects

Les résultats de 12000 échantillons de sang prélevés sur 5000 athlètes entre 2001 et 2012 leur ont été fournis par une source au sein même de la fédération internationale d’athlétisme.

Bilan : 800 de ces échantillons seraient suspects. Des conclusions validées par Michael Ashenden et Robin Parisotto, deux chercheurs spécialistes du dopage sanguin (ils ont notamment inventé la méthode de détection de l’EPO).

Une médaille sur trois potentiellement remise en cause

Autrement dit un tiers des médailles obtenues lors des grands événements mondiaux entre 2001 et 2012 sur les distances de fond et de demi-fond sur cette période seraient sujettes à caution (du 800 m au marathon).

“Les athlètes doivent être présumés innocents jusqu‘à preuve du contraire”, a réagi le président de l’Agence mondiale antidopage, ajoutant que “ces allégations de grande ampleur seraient examinées dès que possible”.

Craig Reedie s’est dit également “très surpris que ces chiffres semblent venir d’une source au sein même de l’IAAF”.

L’IAAF préoccupée par la fuite au sein de son organisation

L’IAAF prépare pour l’instant sa réponse, déclarant simplement sur sa page d’accueil que les résultats issus de sa base de données avaient été obtenus “sans son consentement”.

De quoi faire réagir les Twittos.

Tolérance zéro pour Bubka

L’ancien perchiste Sergeï Bubka, candidat à la présidence de la Fédération internationale d’athlétisme, a lui promis une tolérance zéro vis à vis du dopage, à trois semaines des Mondiaux de Pékin.

“Le dopage est l’un des grands défis du XXIe siècle, ce n’est pas nouveau mais tout le monde doit avoir conscience qu’il n’y a pas de place pour les tricheurs, que ce soit dans l’athlétisme, dans n’importe quel autre sport, ou au sein du mouvement olympique”,a déclaré l’ancien athlète ukrainien.

Démenti du ministre russe des Sports

Les athlètes russes et kényans sont particulièrement mis en cause par ces nouvelles révélations. Certains prendraient des hormones de croissance, des anabolisants ou d’autres produits dangereux.

Des accusations rejetées ce dimanche par le ministre russe des Sports.

La fédération kényane juge le documentaire “malintentionné”

La Fédération kényane a, elle, estimé que le documentaire d’ARD faisait “de sérieuses allégations sur l’intégrité de nos leaders passés et présents (…) sans leur donner l’occasion d’apporter des réponses”. “C’est extrêmement suspect et malintentionné”, ajoute le communiqué.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Pluies, inondations et milliers de sinistrés en Inde et en Birmanie