DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grande-Bretagne : bientôt la prison pour les propriétaires qui louent à des clandestins ?

Le gouvernement britannique veut instaurer des peines de prison pour les propriétaires qui louent à des immigrés clandestins.

Vous lisez:

Grande-Bretagne : bientôt la prison pour les propriétaires qui louent à des clandestins ?

Taille du texte Aa Aa

Londres redouble d’efforts pour lutter contre l’immigration clandestine. Le gouvernement britannique propose en effet d’instaurer des peines de prison pour les propriétaires qui louent leurs logements à des personnes en situation irrégulière. La mesure sera introduite dans le projet de loi sur l’immigration, qui prévoyait initialement des amendes pour les propriétaires peu regardants.

Point of view

Nous devons sévir vis-à-vis de ces propriétaires qui exploitent le système d'immigration en louant délibérément des logements à des gens qui n'ont pas le droit de vivre dans ce pays.

“Nous devons sévir vis-à-vis de ces propriétaires qui exploitent le système d’immigration en louant délibérément des logements à des gens qui n’ont pas le droit de vivre dans ce pays, souligne Greg Clark, secrétaire d’Etat aux Communautés et Affaires locales. À l’avenir, ils devront vérifier si la personne a le droit de résider en Grande-Bretagne. Si les propriétaires bafouent volontairement ces règles, alors ce sera considéré comme une infraction pénale.’‘

Les propriétaires, qui n’auront pas vérifié la situation légale de leurs locataires, pourraient s’exposer à une peine de cinq ans de prison.
Le projet de loi sur l’immigration, qui doit être présenté à l’automne, prévoit également de confisquer les salaires des clandestins.

L’annonce de cette mesure intervient alors que de plus en plus de migrants tentent de rejoindre la Grande-Bretagne via le tunnel sous la Manche à Calais. Les autorités françaises ont recensé pas moins de 1.700 tentatives d’intrusion dans la nuit de dimanche à lundi, malgré un dispositif policier renforcé. Depuis le mois de juin, dix clandestins ont péri sur le site en tentant de rejoindre la Grande-Bretagne.