DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Allemagne : le ministre de la Justice limoge le procureur général fédéral

*Remue-ménage sur la scène judiciaire en Allemagne, sur fond d'enquête controversée contre des journalistes.*

Vous lisez:

Allemagne : le ministre de la Justice limoge le procureur général fédéral

Taille du texte Aa Aa

Heiko Maas, le ministre allemand de la Justice a annoncé ce mardi qu’il mettait le procureur général fédéral Harald Range à la retraite, en accord avec la chancelière. Harald Range n’a plus la confiance du gouvernement, a précisé le ministre. Et pour cause, quelques heures auparavant, le procureur général fédéral, qui avait lancé une enquête préliminaire contre deux journalistes, fustigeait publiquement son ministre de tutelle. “Influencer une enquête parce que son résultat peut ne pas être politiquement opportun est une attaque intolérable contre l’indépendance de la justice”, a déclaré Harald Range. Il a expliqué que “la liberté de la presse et d’expression est un bien de valeur. Mais cette liberté, y compris sur internet, n’est pas illimitée. Elle n’exonère pas les journalistes du devoir de respecter la loi”. (…) “Il est de la responsabilité de la justice de faire respecter la loi”. (…) “Je ne peux accomplir cette tâche que libéré des influences politiques”.

L’enquête en question porte sur deux articles du site Netzpolitik qui traitaient des projets de surveillance d’internet par les services du renseignement et qui citaient des documents internes de ces services. Le chef de l’office concerné avait vu une trahison de secrets d’Etat et porté plainte contre X.

“Nous sommes un peu irrités par ces enquêtes (dirigées) contre nous pour trahison qui prennent un nouveau tournant chaque jour, déclarait ce mardi le fondateur du site Netzpolitik Markus Beckedahl. Pas plus tard qu’hier, la chancelière a indiqué que l’enquête n‘était pas correcte, que cela n’avait aucun sens, au moins concernant l’accusation de trahison”.

L’affaire a suscité un tollé en Allemagne d’autant plus qu’Harald Range a récemment renoncé à toutes poursuites dans l’affaire de l’espionnage présumé d’un téléphone portable de la chancelière par la NSA.
Plus de 1000 personnes ont manifesté à Berlin samedi dernier pour soutenir les journalistes du Netzpolitik et défendre la liberté de la presse.

L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) s’est aussi inquiétée mardi de l’attitude de la justice allemande, relevant dans une lettre au ministre des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier que “la menace d’une inculpation de trahison a clairement un effet général glaçant pour les journalistes effectuant du journalisme d’investigation”.

Avec AFP et Reuters