DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les subventions aux énergies fossiles en hausse dans l'Union européenne


monde

Les subventions aux énergies fossiles en hausse dans l'Union européenne

Selon un rapport du FMI (Fonds monétaire international), les subventions pour les énergies fossiles (charbon, gaz et pétrole) ont augmenté de 11,6% au cours des deux dernières années. Et ce, malgré les promesses prises précédemment par les grandes économies mondiales pour lutter contre le réchauffement climatique.

Ces subventions passent par exemple par un accès au carburant à prix réduit, par des allègements fiscaux et par une prise en charge gouvernementale des dégâts sur la population et l’environnement.

Les aides de l’UE restent tout de même inférieures à celles d’autres grandes puissances mondiales. Mais la réduction de ces subventions reste une condition sine qua non pour faire changer les habitudes et réduire l‘émission de gaz à effet de serre.

Quel pays subventionne le plus ?

Aux Etats-Unis, les subventions aux énergies fossiles ont atteint 1985 euros par an et par habitant en 2015. Cela représente une hausse de près de 14% comparée à 2013.

En Chine, elles ont augmenté de 22% sur la même période pour atteindre 1506 euros.

L’Arabie Saoudite, si les aides ont atteint 3095 euros par personne en 2015, c’est l’une des rares économies où elles ont diminué au cours des deux dernières années.

Dans l’UE, les subventions sont passées de 603 euros par personne en 2013 à 673 euros en 2015. Les Etats membres où elles sont le plus élevées par habitant sont le Luxembourg (3416 euros), la Bulgarie (2481 euros), la République tchèque (1522 euros) et la Pologne (1300 euros).

Un engagement qui ne date pas d’hier

En 2009 déjà, le G20, qui regroupe les principales puissances mondiales, avait promis de supprimer progressivement les subventions aux énergies fossiles dont la production et la consommation sont jugées en partie responsables du réchauffement climatique.

En octobre 2014, les dirigeants des pays de l’Union européenne ont soutenu cette initiative avec la conclusion du “paquet énergie-climat 2030”. Parmi ses objectifs : “engager l’Europe dans un nouveau modèle énergétique de développement” et “lutter résolument contre le dérèglement climatique”. Le 12 novembre de la même année, les États-Unis et la Chine ont suivi avec une annonce conjointe promettant une réduction d’émissions de gaz à effet de serre. Enfin, le 16 novembre, la déclaration finale du G20 réuni à Brisbane a réitéré la volonté d’en finir avec les aides aux énergies fossiles. Sans succès pour le moment.

Le sujet sera sans doute sur la table lors de la 21e conférence internationale sur le climat de l’ONU à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Tollé sur internet : une chasseuse pose auprès d'un cadavre de girafe