DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Hiroshima, Nagasaki, Fukushima : "Plus jamais ça !"


Japon

Hiroshima, Nagasaki, Fukushima : "Plus jamais ça !"

Les commémorations des bombardements atomiques d’Hiroshima et Nagasaki ont pris encore plus d’ampleur au Japon depuis l’accident de Fukushima.

Le 11 mars 2011, près de 70 ans après les deux catastrophes nucléaires, la centrale de Fukushima-Daiichi explose partiellement, provoquant le plus grave désastre nucléaire depuis celui de Tchernobyl, en 1986. Un désastre qui n’a certes pas la même origine que les bombardements de 1945, mais qui, au final, impacte de la même façon dramatique la population.

Peu importent les causes des catastrophes nucléaires, les Japonais n’en peuvent plus. Ils manifestent de façon récurrente pour exprimer leur colère et restent Insensibles aux excuses des dirigeants de Tepco, la compagnie exploitante de la centrale accidentée de Fukushima.

“Nous présentons nos excuses du fond du cœur pour tout ce que ce grave accident a propagé dans l’atmosphère et dans les cours d’eau, pour ce qu’il a eu comme effet sur les récoltes et l’eau potable et pour les désagréments qu’il a causé à toute la population”, dit à l’‘époquee Tsunehisa Katsumata, le porte-parole de Tepco.

Après l’explosion, les dirigeants politiques et Tepco ont beau multiplier les conférences de presse, ils restent flous sur les circonstances de l’accident et parfois même le minimisent. Les Japonais se sentent alors victimes du manque d’informations.

Si les Japonais doutent de la faculté et des compétences des responsables à gérer la crise, ils pensent aussi que ces derniers ont laissé passer l’opportunité de sortir du nucléaire.

“C’est une chance de se débarrasser de l‘énergie nucléaire et de basculer sur les énergies renouvelables. Si nous laissons passer cette chance toutes les victimes de cette catastrophe auront été des sacrifices inutiles”, disait alors un homme.

Après les catastrophes d’Hiroshima et Nagasaki, les Japonais n’ont jamais cessé de protester contre l‘énergie nucléaire. Après le drame de Fukushima, ils ont vivement réitéré leur souhait de voir leur pays s’en débarrasser.

Désormais, ils attendent que leurs dirigeants réagissent, pour tenter de faire le deuil de trois catastrophes nucléaires majeures qui ont marqué l’histoire du Japon à jamais.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Le pape : "les divorcés remariés ne sont pas excommuniés"