DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Embargo russe : des tonnes de nourriture détruites

Vous lisez:

Embargo russe : des tonnes de nourriture détruites

Taille du texte Aa Aa

Des tonnes de pêches, de nectarines ou de fromages… broyés.
Les produits alimentaires occidentaux interdits sur le territoire russe depuis un an ne seront plus renvoyés à l’expéditeur désormais, mais détruits, a annoncé ce jeudi le ministère russe de l’Agriculture.

Toute cette journée a ainsi été ponctuée par les annonces de saisies aux frontières ou dans les magasins, et de destruction de biens alimentaires,laissant certains citoyens dubitatifs.

“On pourrait trouver une meilleure utilisation pour la nourriture, plutôt que de la brûler”, estime Alexander, résident moscovite.

“C’est peut-être mieux de détruire la nourriture…
Peut-être qu’ils nous envoient de la nourriture périmée, on ne sait jamais”, avance un autre résident de la capitale russe.

Face à ce durcissement a l‘égard des produits alimentaires occidentaux, une pétition réclamant leur distribution aux anciens combattants ou familles nombreuses a été mise en ligne. Elle a recueilli quelque 300 000 signatures.

“Plusieurs générations de suite ont vécu en Russie des situations soit de manque total de nourriture, soit de pénurie de certaines denrées. Il n‘était peut-être pas question de manque absolu, mais de déficit, et donc on avait tendance à considérer la nourriture comme un véritable trésor”, analyse l’universitaire Ekaterina Shulman, qui enseigne à l’Académie présidentielle russe de l‘économie nationale et de l’administration publique.

Le fait de jeter des produits alimentaires est d’autant plus incompréhensible pour certains Russes que les prix de la nourriture ont augmenté de 20% en un an, et que la pauvreté a par ailleurs gagné du terrain.
16% de la population vivent sous le seuil de pauvreté aujourd’hui, avec moins de 150 euros par mois, soit 5% de plus que l’année dernière.

Avec agences