DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Un mois après la mort du lion Cecil, Mugabe fustige ses assassins


Zimbabwe

Un mois après la mort du lion Cecil, Mugabe fustige ses assassins

Robert Mugabe, le président du Zimbabwe, a accusé des “vandales étrangers” d‘être responsables de la mort du lion Cecil. Lors d’une cérémonie en honneur aux combattants de la guerre du Bush, ayant abouti à la décolonisation, l’actuel président de l’Union africaine a aussi évoqué un échec des Zimbabwéens à protéger le lion abattu par un citoyen américain.

“Ce sont des vandales qui viennent de partout bien sûr. Certains sont de simples visiteurs, mais d’autres ont pour but de vandaliser”, a déclaré le chef d’Etat.

Un chasseur local a été inculpé de braconnage avec un riche client étranger, qui l’aurait payé 50 000 dollars. Grand absent de ce procès, le dentiste américain Walter James Palmer soupçonné d’avoir tué l’animal avec un arc. Il a quitté le Zimbabwe bien avant que le scandale n‘éclate.

Dans le monde entier, la presse en a fait ses gros titres. Les réseaux sociaux ont pleuré le lion Cecil pendant plusieurs jours, car il était connu de tous les visiteurs du parc Hwange. Plusieurs manifestations ont eu lieu devant le cabinet du dentiste.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Un groupe d'extrême-gauche revendique l'attentat contre le consulat américain à Istanbul