DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La première salade spatiale au menu de l’ISS

Vous lisez:

La première salade spatiale au menu de l’ISS

Taille du texte Aa Aa

Grande première dans l’espace. L’équipage de l’ISS, la station spatiale internationale, a pour la première fois dégusté une salade entièrement cultivée en apesanteur, loin du plancher des vaches. En ligne de mire, produire une source d’alimentation inépuisable en vue des missions habitées de longue durée, comme vers Mars par exemple.

Le 10 août à 18h49, heure de Paris, les membres de la l’Expedition 44, la rotation actuelle de la station, ont donc mangé une laitue, une romaine rouge en l’occurrence, entièrement cultivée dans l’espace. Dans un premier temps, les astronautes ont goûté la salade nature, puis l’ont agrémenté de vinaigre et d’huile d’olive, ce qui a visiblement réjouit les jardiniers spatiaux. En effet, pour l’astronaute américain Kjell Lindgren, cette expérience a été « géniale », tandis que son collègue russe Mikhail Kornienko a qualifié le légume de « bon ».

La salade consommée par les astronautes de l’ISS a été plantée le 8 juillet dernier, dans le cadre de l’expérience Veg-01, lancée en avril 2014. Ce projet a été concrétisé ce 10 août, grâce à l’utilisation de diodes électroluminescentes (LED) pour apporter la lumière nécessaire à la pousse des plantes. Plusieurs tests ont été menés avant que l’équipage ne consomme le fruit de leur production. Des précédents membres de l’équipage ont par exemple rapporté à leur retour sur terre les toutes premières laitues produites dans l’espace pour qu’elles puissent être analysées. Après validation, la consommation des légumes récoltés dans le « jardin potager » de l’ISS a été autorisée par les responsables de mission de recherche, qui ouvre d’intéressantes perspectives dans le cadre de l’exploration spatiale.

Dans l’espace aussi, la production locale s’avère être un atout de taille pour partir à la découverte de nouvelles planètes. Mais ces voyages, comme ceux qui sont prévus vers Mars, aux alentours de 2030, nécessiteront de longs trajets. Et pouvoir produire sa propre source d’alimentation est une avancée majeure, en n’étant plus seulement tributaire des rations embarquées.

Mais ce n’est pas le seul avantage avancé par la Nasa, l’agence spatiale américaine, qui travaille sur la culture de fruits et de légume dans l’espace depuis une quinzaine d’année. Pour les responsables de ce programme, la production et la consommation de légumes aura également un impact sur la santé des astronautes et un effet psychologique non négligeable. Cultiver des légumes, c’est un peu emmener la Terre avec soi, ce qui pourra apporter un peu de réconfort lors de futures longues traversées spatiales.