DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Corée du Sud : les anciennes "femmes de réconfort" exigent les excuses du Japon


Corée du Sud

Corée du Sud : les anciennes "femmes de réconfort" exigent les excuses du Japon

Près de 1000 manifestants se sont rassemblés devant l’ambassade du Japon en Corée du Sud. Pendant la seconde guerre mondiale, l’armée impériale japonaise a enrôlé de force près de 200 000 femmes, coréennes, mais aussi chinoises ou indonésiennes, pour devenir des esclaves sexuelles, dans les maisons closes de l’armée. Ces femmes étaient surnommées, les dames de réconfort.

Lee young Soo, victime, ancienne “femme de réconfort” :
“ Si le Japon, avant, était sourd, maintenant il peut entendre. Si le Japon avant était aveugle, maintenant il peut voir. Parce que ce pays a suffisamment entendu nos nombreuses demandes. Ils doivent présenter des excuses et des compensations. “

En 1965, 800 millions de dollars ont été versés à la Corée, en dédommagement.
Pourtant pour Séoul, le Japon a encore une dette historique. Très régulièrement, des manifestations ont lieu devant l’ambassade du Japon.

Park Eun-Hye, manifestante:
“Nous , la jeune génération , ne pouvons pas oublier, nous voulons que ce problème soit résolu définitivement. Je participe à des manifestations chaque semaine, pour que le Japon se réveille. J’agis de toutes mes forces, et je continuerai même après la mort de toutes les anciennes femmes de réconfort.”

Un incident a eu lieu à la fin de la manifestation. Un militant a tenté de s’immoler par le feu. Malgré de nombreuses brûlures, ses jours ne sont pas en danger, l’homme a été sauvé par plusieurs participants.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Etats-Unis : beaucoup de tensions entre manifestants noirs et policiers blancs