DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Enquête anti-terroriste ouverte en France après une fusillade dans un train Thalys

Un homme lourdement armé a ouvert le feu hier en fin d’après-midi dans un train à grande vitesse entre Amsterdam et Paris avant d‘être maîtrisé par

Vous lisez:

Enquête anti-terroriste ouverte en France après une fusillade dans un train Thalys

Taille du texte Aa Aa

Un homme lourdement armé a ouvert le feu hier en fin d’après-midi dans un train à grande vitesse entre Amsterdam et Paris avant d‘être maîtrisé par deux passagers. Ces derniers, deux militaires américains l’auraient entendu recharger une arme dans les toilettes.
Les deux américains ont été blessés lors de leur intervention, l’un par balle, l’autre par arme blanche.

Le tireur présumé a lui été interpellé en gare d’Arras et placé en garde à vue. D’après les premiers éléments d’enquête : il serait âgé de 26 ans, marocain ou d’origine marocaine et faisait l’objet d’une fiche des services de renseignements.

Le ministre français de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve s’est rendu sur les lieux dès hier soir. “Je tiens avec le président de la République, le Premier Ministre à exprimer à ces deux passagers américains qui ont été particulièrement courageux, qui ont vraiment fait montre d’une grande bravoure dans des circonstances extrêmement difficiles, toute notre gratitude et notre reconnaissance et notre admiration pour le sang-froid dont ils ont témoigné et sans lequel nous aurions peut-être été confronté à un drame terrible”.

Le Premier ministre belge Charles Michel a condamné une “attaque terroriste” et il s’est entretenu avec le président François Hollande pour convenir d’une “coopération étroite dans l’enquête”.

Lors de la fusillade, il y avait 554 passagers à bord, selon la SNCF. Une prise en charge psychologique a été mise en place ainsi que des moyens pour évacuer les passagers vers leurs destinations.

Par ailleurs, l’acteur français Jean-Hugues Anglade qui se trouvait dans le train a été légèrement blessé en “tentant d’actionner le signal d’alarme”, selon un porte-parole de la SNCF.