DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Escalade verbale et militaire entre les deux Corées

C’est un regain de tensions, comme en connaît régulièrement la péninsule coréenne. C’est dans la zone démilitarisée, qui s‘étend sur deux kilomètres

Vous lisez:

Escalade verbale et militaire entre les deux Corées

Taille du texte Aa Aa

C’est un regain de tensions, comme en connaît régulièrement la péninsule coréenne. C’est dans la zone démilitarisée, qui s‘étend sur deux kilomètres de part et d’autres de la frontière que se sont ecrasés les projectiles tirés jeudi par les des deux camps, sans faire de victimes. Les tirs directs sont très rares, à cause des risques d’escalade.

Suite à ces tirs, l’armée nord-coréenne aurait déjà concentré son artillerie dans les régions proches de la Zone démilitarisée, des lance-roquettes, et des canons automoteurs. Elle serait en train de préparer des essais de tirs de missiles balistiques à courte et moyenne portées.

Kim Jong-Un, comme son homologue Park Geun-hye, ont réuni d’urgence leurs états-majors. Ce regain d’hostilités est un nouveau coup porté à la politique d’apaisement que tente de mener la présidente sud-coréenne.

Depuis la guerre qui s’est achevée en 1953 par une simple trêve, les deux Corées ont souvent échangé des menaces, et des dizaines de soldats ont été tués. Mais les deux pays ont toujours su s’arrêter à temps, avant que la guerre n‘éclate.

La mort de deux soldats sud-coréens ayant sauté sur des mines antipersonnel au début du mois a poussé Séoul à renouer avec une arme qu’elle n’avait pas utilisé depuis onze ans : la diffusion de messages de propagande anti-Pyongyang par des murs de hauts-parleurs à la frontière.

Ce regain de tensions survient aussi alors que se déroulent en ce moment des exercices militaires annuels conjoints entre la Corée du Sud et les Etats-Unis. Il s’agit d’une simulation d’invasion par la Corée du Nord. 50 000 soldats sud-coréens et 30 000 soldats américains y participent. Comme à son habitude, Pyongyang a demandé au Conseil de sécurité des Nations unies d’organiser une réunion d’urgence pour évoquer les manoeuvres militaires.

“Comme toujours, nous avons affaire à une Corée du Nord instable, imprévisible, provocatrice face à laquelle nous devons faire preuve de vigilance”, a déclaré Raymond T. Odierno, le Chef d‘état-major de l’armée américaine.

Cette attitude belliqueuse du leader suprême nord-coréen est aussi le signe d’un besoin de reconnaissance sur la scène internationale. Depuis qu’il a succédé à son père en 2011, Kim Jong-Un a procédé à l’exécution de 70 dignitaires, signe à la fois d’une grande instabilité, et d’un renforcement de son pouvoir. Il est allé jusqu‘à faire disparaître son oncle, alors numéro deux du régime.