DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les Grecs de nouveau plongés dans l'inconnue


Grèce

Les Grecs de nouveau plongés dans l'inconnue

Seulement un mois et demi après le “non” retentissant de plus de 60%
des électeurs aux mesures imposées par les créanciers… mesures pourtant finalement acceptées par leur Premier ministre, Alexis Tsipras, les Grecs plongent de nouveau dans l’inconnue, avec un paysage politique en voie de recomposition.

“Nous vivons dans l’espoir, confie un habitant d’Athènes. Nous espérons un avenir meilleur. Mais, jusqu’ici, les politiciens n’ont jamais
tenu leurs promesses.” “Je ne pense pas qu’on puisse échapper à de nouvelles élections en raison de l‘éclatement de Syriza, estime un autre. Mais c’est peut-être une bonne nouvelle, car cela peut être l’occasion de clarifier le paysage politique. Sinon, dans la configuration actuelle, le parti au gouvernement ne pourrait pas respecter ses engagements envers les créanciers.”

“Syriza n‘était plus assez fort au Parlement pour faire adopter des lois cruciales et Tsipras était en difficulté pour diriger le pays, commente une femme. Il aurait été dépendant, soit des dissidents de son propre parti, soit des dirigeants de l’opposition. Aussi, il n’avait pas d’autre choix que de demander des élections anticipées.” Des élections législatives qui constituent l’hypothèse la plus probable… mais dont l’issue est à ce jour très incertaine.

“Pour la troisième fois en neuf mois, commente l’un des correspondants d’Euronews en Grèce, Costas Tsellos, le pays se dirige vers les urnes. Le Premier ministre Alexis Tsipras a promis des “jours meilleurs”. Mais la division de Syriza va conduire à une nouvelle période d’incertitude électorale. Et beaucoup de gens pensent que l‘économie s’engage de nouveau dans une impasse.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Grèce : 25 députés dissidents de Syriza créent un groupe parlementaire autonome, Union populaire