DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Avant l'achèvement de son "mur", la Hongrie fait face à un afflux record de migrants


Hongrie

Avant l'achèvement de son "mur", la Hongrie fait face à un afflux record de migrants

La construction de la clôture le long de la frontière de 175 km avec la Serbie doit prendre fin lundi. Une barrière de quatre mètres de haut est également en construction. Elle sera achevée fin novembre.

Loin de décourager les migrants, ces derniers continuent à emprunter tous les chemins au péril de leur vie. Certains escaladent la clôture, d’autres découpent des morceaux de grillage. Depuis le début de l’année, plus de 140 000 personnes sont déjà arrivées dans le pays via la Serbie soit plus du double du total de l’année 2014 selon l’AFP.

Objectif : passer à tout prix comme l’explique ce jeune afghan : “mon père a été tué brutalement, parce qu’en Afghanistan, il n’y a pas de respect, pas d’humanité. On tue l’autre pour rien. Si vous êtes riche, on vous tue pour votre argent. Vous pouvez avoir facilement des ennemis. Aucune humanité n’est valorisée”.

Le gouvernement hongrois de Viktor Orban va renforcer les contrôles à la frontière avec la Serbie. Le chef de la police a annoncé que plus de 2100 policiers, des “chasseurs de frontière” selon la terminologie officielle, allaient effectuer des patrouilles à partir de la semaine prochaine.

En attendant, les policiers déjà sur place sont chargés de recenser tous les migrants, candidats au droit d’asile. Selon Budapest, environ 67 000 personnes avaient fait une demande d’asile fin juillet et 43 000 ont quitté la Hongrie sans attendre de réponse. Mais seuls quelques centaines ont obtenu le précieux sésame. Pour les autres, ils sont orientés et surtout cantonnés dans une sorte de camp de réfugiés où ils sont très peu pris en charge comme le dénonce la branche hongroise de l’ONG, le comité Helsinki :

“S’il n’y avait pas de bénévoles qui aident ces personnes avec le strict minimum pour se nourrir ou boire et pour les informer alors je pense que la plupart des demandeurs d’asile n’aurait tout simplement aucune idée où aller, ils ne sauraient pas à quoi s’attendre ou ce qui pourraient leur arriver”, explique cette responsable hongroise de l’ONG le Comité Helsinki.

Le gouvernement ultra-conservateur hongrois envisage même de déployer l’armée à la frontière avec la Serbie afin de contenir le flot de migrants mais il doit obtenir le feu vert du parlement où il dispose d’une large majorité.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Australie : polémique sur le contrôle des visas