DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Près de 2 000 migrants bloqués à Budapest


Hongrie

Près de 2 000 migrants bloqués à Budapest

En Hongrie près de 2 000 migrants s’apprêtent à passer une deuxième nuit dans la principale gare de la capitale Budapest. Ils réclament le droit de poursuivre leur route vers l’Allemagne mais il leur est toujours impossible de monter dans des trains.

Il y a ici de nombreux Syriens comme cette femme qui a fui Damas il y a un mois avec son mari et ses trois enfants : “Nous n’avons pas eu d’aide du gouvernement mais les Hongrois nous ont aidés. Ils sont tellement gentils avec nous”, dit-elle.

Le gouvernement hongrois se dit incapable de prendre en charge cet important afflux de réfugiés et explique qu’il ne fait qu’appliquer la réglementation européenne.

“Les migrants qui sont à la gare de Budapest ne devraient pas s’y trouver”, note Zoltan Kovacs, porte-parole du gouvernement. “La procédure veut qu’ils doivent s’enregistrer dès qu’ils franchissent nos frontières et qu’ils soient hébergés dans des camps temporaires où ils doivent rester jusqu‘à ce que leur cas soit étudié. Or ils ne respectent pas cette procédure et un billet de train ne peut pas prendre le dessus sur les règles européennes.”

Les migrants bloqués à Budapest souhaitent se rendre en Allemagne où ils pensent avoir plus de chances d’obtenir l’asile et de trouver du travail.

Or l’application du règlement de Dublin prévoit que les migrants doivent demander l’asile dans le pays de l’Union par lequel ils sont entrés dans l’espace communautaire. Pour l’instant, c’est donc le statu quo à Budapest.

Après avoir érigé des barbelés à sa frontière avec la Serbie, le parlement hongrois se prononce ce mercredi sur le durcissement des mesures destinées à faire face à l’afflux de migrants. Le Premier ministre hongrois Victor Orban s’entretiendra quant à lui avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker à Bruxelles.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Islande : élan de solidarité envers les réfugiés