DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Mogensen, le 1er astronaute Danois à bord de l'ISS


science

Mogensen, le 1er astronaute Danois à bord de l'ISS

En partenariat avec

C’est avec un large sourire qu’ Andreas Mogensen, le premier astronaute danois a dit au revoir aux nombreux journalistes venus assister au lancement du vaisseau spatial russe Soyouz vers l’ISS mercredi. Aux côtés du Danois, le Russe Sergueï Volkov et le Kazakh Aïydin Aïmbetov.

Ce vol est l’accomplissement d’un long projet. Andreas Mogensen a passé ces six derniers mois à plonger dans les océans, affrontant les conditions de l’Arctique et explorant des grottes souterraines pour préparer son voyage vers les étoiles.

“Evidemment le point culminant de la carrière d’un astronaute c’est le vol dans l’espace, c’est que nous voulons tous. Mais il y a beaucoup d’autres opportunités fantastiques que j’ai déjà eu la chance de vivre. Des expériences vraiment uniques que j’aurais aimé connaître même si je n’avais pas été astronaute”, estime Andreas Mogensen,qui représente l’ESA (agence spatiale européenne) pour ce vol.

Après un entraînement de base au Centre d’Astronomie Spatiale Européen à Cologne, Mogensen a passé plusieurs mois à travailler avec des partenaires internationaux. Il a utilisé des maquettes et des simulateurs de toute l’Europe, du Japon, des Etats-Unis, du Canada et de la Russie, et appris tout ce qu’il devait savoir pour vivre et travailler en orbite.

La mission Iriss, une mission courte de 10 jours dans l’ISS permettra à Mogensen de faire de multiples expériences, en télé-robotique et en physiologie notamment. Il mènera aussi des recherches en science biomédicale, observant par exemple l’atrophie des muscles et les changements de la densité osseuse causés même par de courts séjours dans l’espace.

“Même si je ne suis là que pour dix jours, c’est toujours intéressant d‘étudier mon corps, de voir comment rapidement des effets néfastes apparaissent et quelles conséquences ils ont dans un laps de temps de 10 jours seulement. Nous pourrons utiliser ces données et les comparer avec ce que vivent les astronautes qui restent là-haut six mois ou même un an”, détaille l’astronaute.

Ça sera donc un séjour express pour le Danois. Retour sur terre prévu le 11 septembre.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Le choix de la rédaction

Prochain article

science

Faut-il envoyer des hommes sur Mars ?