DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Speed : cavalier seul de Lewis Hamilton


speed

Speed : cavalier seul de Lewis Hamilton

Bruno Sousa : “Bonjour et bienvenue dans Speed. C‘était un jour parfait pour Lewis Hamilton à Monza. Le pilote anglais a dominé le Grand Prix d’Italie du début à la fin – comme d’habitude ou presque – et il a fait un pas de plus vers le titre mondial puisque son principal rival a été contraint à l’abandon”.

Dominateur de toutes les séances d’essais libres, auteur de la pole position et du meilleur tour en course, Lewis Hamilton sort d’un week-end de rêve en Italie.

Le champion du monde en titre n’aura finalement connu qu’une seule alerte : cette enquête des commissaires qui ont constaté que la pression du pneu arrière gauche de sa Mercedes était légèrement inférieure au seuil fixé par le règlement.

Non sanctionné, Lewis Hamilton termine avec 25 secondes d’avance sur Sebastian Vettel, ravi de ce résultat obtenu avec sa Ferrari devant des milliers de tifosi.

Felipe Massa complète le podium en profitant de l’abandon de Nico Rosberg – moteur parti en fumée – à trois tours de l’arrivée.

Bilan : Lewis Hamilton, qui en est à 40 victoires en F1, compte maintenant 53 points d’avance au classement sur Nico Rosberg.

Quand Farina prive Fangio d’un premier titre…

Bruno Sousa : “Monza est un passage obligé pour la Formule 1. C’est là, le 3 septembre 1950, qu’a eu lieu la septième et dernière course de la saison inaugurale. Une course à l’issue de laquelle a été couronné le premier champion du monde de l’histoire”.

Trois pilotes peuvent coiffer cette couronne en prenant le départ de l‘épreuve, et tous les trois sont au volant d’une Alfa Romeo.

Les trois hommes en question sont Juan Manuel Fangio, leader du championnat et le plus rapide lors des qualifications, ainsi que les Italiens Luigi Fagioli et Giuseppe Farina.

C’est finalement ce dernier qui remporte la course après 80 tours de circuit bouclés à plus de 176 km/h.

Le Turinois, qui approche alors des 44 ans, reste à ce jour le seul pilote sacré champion du monde à l’occasion de son Grand Prix national.

Son coéquipier Juan Manuel Fangio prendra sa revanche dès l’année suivante en enlevant le premier de ses cinq titres.

Les 4 Heures du Castellet

Bruno Sousa : “Les fans d’endurance avaient les yeux braqués sur le circuit Paul Ricard, en France, pour la quatrième étape des European Le Mans Series. Voyons ce qui s’est passé lors des 4 heures du Castellet”.

En endurance, en ce moment, c’est un peu comme en Formule 1 : celui ou ceux qui partent devant coupent la ligne d’arrivée en premier.

Illustration ce dimanche sur le circuit Paul Ricard avec la victoire des Britanniques Simon Dolan et Harry Tincknell associés au Portugais Filipe Albuquerque au sein de l‘écurie JOTA sport.

Ils s’imposent devant une autre Gibson, celle confiée au Suisse Gary Hirsch, au Suédois Bjorn Wirdheim et à l’Anglais Jon Lancaster.

Trois Russes s’invitent sur la troisième marche du podium : Mikhail Aleshun, Kiiril Lzdygin et Viktor Shaytar.

La dernière manche de la saison aura lieu au mois d’octobre à Estoril, au Portugal.

Formule 3 : coup double de Rosenqvist

Bruno Sousa : “On termine ce programme avec les plus belles images du succès de Felix Rosenqvist sur le circuit de l’Algarve. Une victoire qui lui permet de prendre la tête du championnat européen de Formule 3. Speed sera de retour dimanche prochain pour un nouveau tour d’horizon des sports mécaniques.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

speed

Speed : Rossi reprend la main