Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Une preuve de corruption contre Sepp Blatter ?

Access to the comments Discussion
Par Vincent Ménard  avec REUTERS, AFP
Une preuve de corruption contre Sepp Blatter ?

<p>Est-ce l’arroseur arrosé ? Sepp Blatter voulait faire le ménage au sein de la <span class="caps">FIFA</span> avant de céder les rênes de l’organisation qu’il dirige depuis 17 ans.</p> <p>Mais le président de la Fédération internationale de football est à son tour directement mis en cause dans un scandale de corruption.</p> <p>Il aurait vendu les droits de diffusion télévisée des Coupes du monde de 2010 et 2014 très en deçà des prix du marché.</p> <p>Ils les a cédés pour 250.000 et 300.000 dollars à la Fédération des Caraïbes qui regroupe une trentaine de pays et quarante millions d’habitants.</p> <p>Par comparaison, TF1 en France a payé 130 millions d’euros rien que pour diffuser le Mondial brésilien.</p> <p>L’homme d’affaires australien Jaimie Fuller est le fondateur du groupe “new Fifa now”, un mouvement qui milite pour davantage de transparence au sein de la <span class="caps">FIFA</span>.</p> <p>Jaimie Fuller : “Nous pensons qu’il s’agit d’un fait difficilement contestable. 600.000 dollars pour obtenir la couverture de ces deux tournois et de tous les matches, ça ne représente que 5 % de la valeur réelle”.</p> <p>L’homme qui a bénéficié de ce contrat, c’est Jack Warner, député de Trinité-et-Tobago et président de la Fédération des Caraïbes.</p> <p>La justice américaine, qui réclame son extradition, l’accuse de corruption et de blanchiment d’argent puisqu’il a revendu ces mêmes droits pour 15 à 20 millions de dollars.</p> <p>Jaimie Fuller : “C’est une transaction qui démontre la corruption puisqu’elle a été faite pour seulement 600.000 dollars. Je pense que c’est la première preuve que nous ayons concernant l’implication de Sepp Blatter. Jusque-là, nous avions l’impression d’un espion se cachant au milieu d’une toile d’araignée. C’est la première fois que son nom est directement cité.”</p> <p>Pour l’instant, pas de commentaires de la part de la justice suisse et des principaux intéressés, Jack Warner et Sepp Blatter.</p>