DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Être jardinier, c'est comme être le père d'un enfant très turbulent"

Vous lisez:

"Être jardinier, c'est comme être le père d'un enfant très turbulent"

Taille du texte Aa Aa

Dans la vie de William Christie, il y a la musique bien sûr mais le chef d’orchestre et claveciniste est également un passionné de jardin et de

Dans la vie de William Christie, il y a la musique bien sûr mais le chef d’orchestre et claveciniste est également un passionné de jardin et de jardinage. Comment cela a t-il commencé ?

William Christie :

“J’ai eu un jardin très tôt et il a fait partie intégrante de mon éducation. Quand j‘étais adolescent, j’allais visiter des jardins, je lisais beaucoup à ce sujet, je trouvais le temps de sortir écouter de la musique mais aussi d’aller apprécier des jardins.”

“A l‘âge de 21/22 ans, j’ai défini dans ma vie deux sources de plaisir, deux passions, si vous préférez. Ce jardin, que j’ai créé de toutes pièces, résidait dans ma tête depuis de nombreuses années. Et quand j’ai eu l’occasion de le commencer en 1985, j’ai pu enfin laisser libre cours à 25 ou 30 années de rêveries et d’envies de ce que je voulais créer.”

“Au début, il m‘était difficile de dire “ce jardin, c’est tout moi”, vous voyez. Il ressemble à un jardin à la française par ici, mais il y a aussi de l’art topiaire italien par là et aussi certains agencements maniéristes à l’italienne. J’ai vraiment essayé d’accentuer ces mélanges.”

“Ce jardin est un pastiche. Je m’y suis impliqué. J’y suis présent. C’est un assemblage de choses qui pour moi sont compatibles et harmonieuses. On passe des jardins italiens du XVIIème aux approches artistiques anglaises et américaines de la fin du XIXème. Et j’ai ajouté à tout cela beaucoup de nouveautés très personnelles.”

“La nature est capricieuse. Être jardinier c’est parfois comme être le père d’un enfant très turbulent. La nature peut offrir un météo épouvantable, comme ce fût le cas pour mon festival cette année mais la nature, c’est la nature, et il faut faire avec.”