DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grèce : Meïmarákis peut-il créer la surprise ?


Grèce

Grèce : Meïmarákis peut-il créer la surprise ?

Evángelos Meïmarákis est une figure bien connue de la politique grecque. Membre de Nouvelle Démocratie (ND) depuis les débuts du parti, il y a 41 ans, il a longtemps été député avant d’occuper, de 2006 à 2009, le poste de ministre de la Défense. Devenu, presque par défaut, président du parti conservateur, ce grand moustachu, à l’allure bonhomme, se révèle être au final un sérieux rival à Alexis Tsipras.

Car ce sexagénaire s’est posé en rassembleur. Il a remis la barre du parti au centre, mis de côté les éléments les plus radicaux et propose une grande coalition, car dit-il ‘‘les Grecs sont lassés des divisions’‘. Coalition dont l’idée est, d’emblée, rejetée par Alexis Tsipras.

Mais l’homme parviendra-t-il à créer la surprise ? Il s’est bien gardé de définir en détail son programme, soucieux de ne pas faire de promesses intenables ; il prône la stabilisation de l‘économie, le retour des investissements et l’“amélioration” du plan de redressement.

En juin 2012, il est élu président du Parlement. Il occupera cette fonction jusqu’en janvier 2015, qui marque le raz-de-marée de Syriza aux législatives.

En juillet, après le non au référendum, Antonis Samaras démissionne de la direction de
Nouvelle démocratie. Evángelos Meïmarákis est choisi pour le remplacer. Un intérim qui le place en première ligne. Après la démission, le 20 août, du Premier ministre Tsipras, le président grec, Prokopis Pavlopoulos, lui demande de former un gouvernement.

Au terme de trois jours de négociations avec les leaders des différentes formations, dont le parti d’extrême-gauche eurosceptique ‘‘Unité populaire’‘, né de la scission avec Syriza, il échoue dans sa mission. Mais c’est lui qui mènera Nouvelle démocratie aux élections.

Si pour certains, Evángelos Meïmarákis incarne l’expérience, indispensable pour ramener la stabilité en Grèce, d’autres voient en lui un homme du passé, issu d’une élite politique discréditée.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Burkina Faso : "il y a des militaires partout en ville" raconte une expatriée