DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"Jour de colère" marqué par des affrontements à Jérusalem et en Cisjordanie


Israël

"Jour de colère" marqué par des affrontements à Jérusalem et en Cisjordanie

Les affrontements entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes
à Jérusalem et en Cisjordanie sont un rituel le vendredi, autour, notamment, de la question du statut de l’Esplanade des Mosquées. Mais ce vendredi 18 septembre avait aussi été décrété “jour de colère” par le Hamas, au pouvoir à Gaza.

Les camps de réfugiés palestiniens de Jalazone et de Chouafat, les abords de la prison d’Ofer, Hébron, Naplouse et Ramallah ont ainsi été le théâtre de manifestations, accompagnées de heurts et d’arrestations.

A Jérusalem, 3 000 policiers avaient été mobilisés, soit 800 de plus qu’en temps normal. Ce dispositif visait à ne pas revivre le début de semaine marqué par des violences. Les hommes de plus de 40 ans n’ont pas eu accès à l’Esplanade des Mosquées. Pour prier, plusieurs centaines de musulmans ont alors déroulé leur tapis devant les barrières en métal, par conséquent au pied de policiers casqués.

Sur ce site ô combien sensible, la semaine prochaine risque de connaître des moments de forte tension, avec, mercredi, la concomittance des fêtes juives de Yom Kippour et musulmane de l’Aïd el-Adha : des dates majeures pour les deux religions.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Turquie : un millier de réfugiés bloqués à la frontière grecque