DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Syrie : la Russie et Israël s'entendent pour éviter tout affrontement


Russie

Syrie : la Russie et Israël s'entendent pour éviter tout affrontement

Le président russe Vladimir Poutine a rencontré à Moscou le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, pour discuter du conflit en Syrie. La Russie est régulièrement accusée de renforcer sa présence militaire pour soutenir Damas. Mais la tension se concentre aussi dans les airs.
La présence de Migs russes en Syrie pourrait aggraver les tensions avec l’armée de l’air israélienne.

Benjamin Netanyahu redoute aussi que la présence militaire russe, ne renforce aussi le Hezbollah.

A l’issue de la rencontre, un accord a été trouvé, pour éviter tout affrontement accidentel entre des pilotes russes et israéliens, grâce à une coordination des actions militaires des deux pays dans la région.

La Russie a déployé 28 avions de combat en Syrie, selon des responsables américains. “Il y a 28 avions russes de chasse et d’attaque au sol” déployés sur un terrain d’aviation dans la province de Lattaquié (ouest de la Syrie), un fief de Bachar al-Assad, a indiqué l’un de ces responsables sous couvert de l’anonymat, à l’AFP. Un second responsable américain a également confirmé le chiffre de 28 appareils de combat, ainsi que la présence “d’une vingtaine” d’hélicoptères russes de combat et de transport. Ce responsable a également indiqué que la Russie opérait des drones au-dessus de la Syrie, sans donner plus de détails. Depuis plusieurs semaines, Washington s’alarme du renforcement de la présence militaire russe en Syrie, un soutien pour le régime du président Bachar al-Assad.

Des rumeurs régulières font état de grands travaux pour accueillir sur le sol syrien plus de navires ou des sous-marins nucléaires. En tout cas la Russie reste l’allié le plus fidèle au régime de Bachar al-Assad.

De leur côté les responsables israéliens restent déterminés à mettre fin aux livraisons d’armes au Hezbollah par la Syrie et l’Iran.

“Il était très important de venir ici en vue de clarifier notre politique, et faire en sorte qu’il n’y ait aucun malentendu entre nos forces”, a déclaré M. Netanyahu au début de la rencontre, selon un communiqué de son bureau.

“La politique russe au Proche-Orient sera toujours réfléchie”, a pour sa part assuré le président russe, affirmant que la Syrie ne voulait pas s’attaquer à Israël, selon des images de la télévision russe. “Nous savons et nous comprenons que l’armée syrienne, et la Syrie en général, sont dans un tel état qu’ils ne peuvent ouvrir un second front. La Syrie essaie seulement de préserver son indépendance”, a affirmé Vladimir Poutine.

Fait plutôt rare pour une visite diplomatique, M. Netanyahu était accompagné de son chef d‘état-major, le général Gadi Eisenkot, et du chef des renseignements militaires, le général Herzl Halevy.

Leur venue à Moscou intervient alors que les Etats-Unis s’alarment depuis des semaines du renforcement de la présence militaire russe en Syrie, visant à renforcer l’aide au régime du président Bachar al-Assad Moscou a cependant démenti avoir pris des mesures supplémentaires en vue d’un renforcement de sa présence en Syrie, où le conflit entre le pouvoir et les forces rebelles a fait plus de 250.000 morts en quatre ans et demi. La semaine dernière, Moscou et Washington ont ouvert pour la première fois un dialogue militaire sur la situation en Syrie, lors d’une conversation téléphonique jugée “constructive” entre les ministres de la Défense russe et américain, Sergueï Choïgou et Ashton Carter.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Alexis Tsipras va "continuer la lutte à l'intérieur comme à l'extérieur du pays"