Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Google Science Fair : quand les jeunes changent le monde !

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Google Science Fair : quand les jeunes changent le monde !

<p>La 5ème édition du concours en ligne du géant numérique n’en finit plus d’attirer les candidats prometteurs. Ils étaient 109 en 2015, âgés de 13 à 18 ans, seuls ou en équipe avec trois mois pour proposer une idée de projet scientifique. Cette année, le thème était : “c’est à votre tour de changer le monde”. </p> <p>22 jeunes se sont affrontés en finale. Et la promo 2015 a été particulièrement brillante lors de cette grande messe scientifique qui a eu lieu le 21 septembre sur le “campus Google”, à Mountain View en Californie. </p> <p>Le mode d’emploi de cette compétition c’est par ici : </p> <iframe width="606" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/nr06jHZYsgA?start=546" frameborder="0" allowfullscreen></iframe> <p>Parmi les prix à remporter, une bourse d‘études de 50 000 dollars pour le vainqueur et pour les finalistes : un séjour dans les studios de design Lego au Danemark, une immersion chez Virgin Galactic ou une expédition scientifique aux îles Galapagos avec National Geographic. </p> <p>Et ces génies en herbe justement qui sont-ils ???</p> <p><h3>Et le "Grand prix" est décerné à...</h3></p> <p><a href="https://www.googlesciencefair.com/projects/en/2015/a035b3748fb27ab0f735ef30096d0cc4d15960ed3410f585c87a807c934892f4">Olivia Hallisey</a></p> <p>Cette jeune américaine de 16 ans a remporté une bourse d‘études de 50 000 dollars pour ses travaux portant sur un test de dépistage du virus Ebola. Un dispositif rapide, simple, peu cher et transportable qui utilise notamment des protéines de soie. Un véritable pas en avant dans la lutte contre ce virus alors que 90% des victimes ne sont pas diagnostiquées assez rapidement. Et Olivia Hallisey ne compte pas s’arrêter là. Elle réfléchit déjà à adapter son test de dépistage pour d’autres maladies comme le <span class="caps">VIH</span>. </p> <blockquote class="twitter-tweet" lang="fr"><p lang="en" dir="ltr">Congrats 16 y.o. Olivia Hallisey who won <a href="https://twitter.com/googlescifair"><code>GoogleSciFair</a> for rapid <a href="https://twitter.com/hashtag/Ebola?src=hash">#Ebola</a> test at room temp! <a href="https://twitter.com/jackandraka"></code>jackandraka</a> <a href="http://t.co/pCE9fmvdKZ">pic.twitter.com/pCE9fmvdKZ</a></p>— Ruth Ann Crystal, MD (@CatchTheBaby) <a href="https://twitter.com/CatchTheBaby/status/646185501574107136">22 Septembre 2015</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p><h3>D'autres inventeurs prometteurs et visionnaires !</h3></p> <p><a href="https://www.googlesciencefair.com/projects/en/2015/f80c06348eb98edeefd64ca00c71ac72a9522684cfe649d951cc41cbe69d0746">Eliott Sarrey</a></p> <p>Ce jeune Français de 14 ans a obtenu le “prix incubateur”, destiné à un élève âgé de 13 à 15 ans présentant un projet extraordinaire dans le domaine de la science. Eliott a créé un robot jardinier baptisé <strong>Bot2karot</strong>. Le principe est simple : un robot doté d’un bras capable de prendre des pots, creuser la terre et arroser les plantes. Il se déplace dans des serres spécialement adaptées et on peut le commander très facilement par smartphone. C’est le premier Français à aller aussi loin dans le concours annuel organisé par Google depuis 2011. Eliott Sarrey a remporté la somme de 10 000 dollars ainsi qu’un mentorat d’un an, une aide de la multinationale pour pouvoir développer son invention. </p> <iframe width="606" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/Af1NfkbIaQ0" frameborder="0" allowfullscreen></iframe> <p><a href="https://www.googlesciencefair.com/projects/en/2015/f60386d7873cea1268af4c76f086331c920b325140bba44ded9d0c9007aaec38">Anurudh Ganesan</a></p> <p>Ce jeune américain d’origine indienne âgé de 15 ans a eu l’idée de développer le système de réfrigération active <strong>Vaxxwagon</strong>. Il fonctionne sans glace ni électricité pour transporter des vaccins dans les derniers kilomètres souvent les plus difficiles dans les zones reculées. Il arrive à maintenir les vaccins viables entre 2 et 8°C, la plage de conservation qu’il faut respecter pour éviter toute altération. Avec cette invention, Anurudh Ganesan espère sauver de très nombreuses vies. </p> <iframe width="606" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/Uh3zz54tu9k" frameborder="0" allowfullscreen></iframe> <blockquote class="twitter-tweet" lang="en"><p lang="en" dir="ltr">The next generation! Google Science Fair <a href="https://twitter.com/googlescifair"><code>googlescifair</a> Finalists (with Sergey) http://googlesciencefair <a href="http://t.co/ftIsx7BQz4">pic.twitter.com/ftIsx7BQz4</a></p>&mdash; Daniel Kraft, MD (</code>daniel_kraft) <a href="https://twitter.com/daniel_kraft/status/646147486642384897">September 22, 2015</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>