DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pédophilie au sein des forces afghanes : l'OTAN rejette les accusations du New York Times

Les soldats américains n’ont jamais reçu l’ordre de couvrir les cas de pédophilie au sein de la police afghane. C’est en tout cas ce qu’affirme

Vous lisez:

Pédophilie au sein des forces afghanes : l'OTAN rejette les accusations du New York Times

Taille du texte Aa Aa

Les soldats américains n’ont jamais reçu l’ordre de couvrir les cas de pédophilie au sein de la police afghane. C’est en tout cas ce qu’affirme l’OTAN, responsable de la mission internationale qui compte près de 13 000 hommes, après la publication dimanche d’un article du New York Times.

Selon le très sérieux quotidien américain, une tradition tribale d’esclavage sexuel de jeunes garçons, appelée Bacha Bazi, serait encore pratiquée au vu et au su de la mission occidentale. Bacha Bazi signifie en langue dari “jouer avec les garçons”.

“Cette forme d’esclavage sexuel est une violation de la loi afghane et des obligations internationales de l’Afghanistan. La protection des droits de l’Homme, celle des enfants, et l’une des priorités du gouvernement américain. (…) Nous nous sommes toujours battus pour les exploités, ceux dont les droits et la liberté ont été bafoués”, affirme ce mardi le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest.

La police locale afghane, créée et formée par les États-Unis pour aider l’OTAN à combattre les rebelles talibans à l‘échelle locale, a mauvaise réputation. Elle est souvent accusée de racket et de viols par les populations locales.