DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les 28 cherchent à compléter leur réponse à la crise des réfugiés


Le bureau de Bruxelles

Les 28 cherchent à compléter leur réponse à la crise des réfugiés

Après l’accord des ministres sur la relocalisation de 120 000 demandeurs d’asile, les 28 chefs d’État et de gouvernement doivent se pencher lors d’un sommet extraordinaire sur les autres volets de la crise migratoire.
L’Union veut d’un part renforcer ses frontières extérieures. Pour le président du Conseil européen c’est une question majeure. «  Autrement cela ne sert à rien de parler d’une politique migratoire commune”, assure Donald Tusk
Mais l’Union compte dans le même temps accroître ses efforts humanitaires auprès des pays soumis à un afflux migratoire important comme la Turquie, la Jordanie et le Liban. Près de quatre millions de réfugiés vivent en effet dans ces États, voisins de la Syrie. Ce soutien pourrait se faire par une aide directe aux autorités ou par le biais d’une assistance financière aux agences des Nations Unies.
De son côté la Commission européenne a proposé quelques heures avant le sommet de mobiliser près de deux milliards d’euros supplémentaires. Mais l’institution a aussi lancé 40 procédures d’infraction pour non respect du droit d’asile contre 19 pays membres. Le message est sans ambiguïté  : les règles européennes doivent être appliquées partout et de la même manière en Europe.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

L'UE s'accorde sans unanimité sur la répartition des réfugiés