DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Viktor Oban : isolé au sein de l'UE, populaire en Hongrie


Hongrie

Viktor Oban : isolé au sein de l'UE, populaire en Hongrie

Ce sont des images terrifiantes… On y voit un camion réfrigérant stationné sur une aire d’autoroute, puis des gouttes d’eau qui s’en échappent. Elles émanent de corps en décomposition. 71 cadavres seront découvert à l’intérieur du camion. Il s’agit 71 candidats à l’exil.

Plus de 3 semaines après cette macabre découverte sur une aire d’autoroute autrichienne, non loin de la Hongrie, le parlement hongrois adoptait ce mardi une résolution condamnant l’Union européenne (UE) pour son irresponsabilité dans la gestion de la crise des réfugiés.

Cette résolution, qui appelle aussi les dirigeants de l’UE à protéger le continent, a été votée au lendemain de l’adoption par les députés de mesures contre les migrants, comme la possibilité pour l’armée d’employer des armes à balles en caoutchouc.

A cette occasion, le Premier ministre Viktor Orban s’exprimait ainsi devant les députés hongrois :

“Nos frontières sont en danger, tout comme notre mode de vie qui est basé sur le respect des lois. La Hongrie et l’Europe sont en danger. Ce qu’il se passe aujourd’hui, dépasse les limites. Car en réalité, ils nous envahissent. C’est une expérience quotidienne européenne, ceux qui sont submergés de migrants ne peuvent leur donner un abri.”

Cette résolution, qualifiée par l’ancien ministre des Affaires étrangères Péter Balázs (MSZP, parti socialiste hongrois) de résolution “hostile et anti-réfugiés”, reflète toutefois la position de la majorité parlementaire.

Tancée par de nombreux dirigeants européens, la politique hongroise de ces derniers mois en matière d’immigration a permis au premier ministre Viktor Orban d’accroître sa popularité et à son parti conservateur le Fidesz, de rallier de nouveaux partisans.

“Au début de l‘été, 1.6 millions d‘électeurs soutenaient le Fidesz, soit 20% de la population. Là on observe une augmentation de plus de 4%, soit environ 300 000 personnes”, constate Tibor Závecz, directeur de recherche chez Ipsos Hongrie.

La Hongrie, qui a vu transiter quelque 225 000 migrants sur son territoire, est le pays soumis à la plus forte pression de réfugiés dans la région. Ses mesures de fermeté pourraient l’isoler au sein de l’UE.

“Au cours des dernières semaines les ambassadeurs de dix pays ont été invités au ministère hongrois des Affaires étrangères, ce qui illustre les relations tendues avec les Etats voisins.
Mais selon de nombreux experts en Hongrie, les messages du ministère des Affaires étrangères s’adressent davantage à l‘électorat hongrois qu’aux pays étrangers”, Attila Magyar.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Alexis Tsipras et sa nouvelle équipe sont désormais au travail