DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Tensions entre Zagreb, Belgrade et Budapest : nouvelle route migratoire en vue ?


Croatie

Tensions entre Zagreb, Belgrade et Budapest : nouvelle route migratoire en vue ?

Plusieurs milliers de réfugiés, 3 000 environ, ont été escortés par la police croate vers la frontière hongroise. Les autorités croates affirment que ces réfugiés ont été emmenés en bus et laissé là sur le territoire croate, près de Strosinci, par les autorités serbes. Les réfugiés, ne savant pas où ils étaient, se sont perdus.

“Ils ont fermé le poste frontière de Bajakovo, alors les migrants sont venus jusqu’ici”, explique un villageois croate de Strocinsi. “Ainsi soit-il, laissons les passer. Laissons-les sauver leur vie. Personne ne s’enfuit face à la possibilité d’une vie meilleure.”

Depuis la fermeture contestée de la frontière serbo-hongroise aux migrants, mi-septembre, la Croatie a reçu des milliers de migrants en provenance de la Serbie.
Cette semaine, elle avait décidé de fermer sa frontière aux véhicules serbes pour tenter d’endiguer les flux de migrants.

Tancée par l’Union européenne, la Croatie a accepté hier de lever le blocage de sa frontière avec la Serbie sur deux des huit postes-frontières, dont celui de Bajakovo.

Belgrade avait, elle aussi, interdit toute entrée sur son territoire de camions de marchandises croates. Depuis, elle a également levé cette interdiction, mais les tensions entre les deux pays rappellent celle des années 1990.

De son côté, la Hongrie semble bien décidée à laisser la Croatie prendre en charge sa part de migrants.

Bientôt, les réfugiés de Croatie ne pourront plus se rendre illégalement en Hongrie, car Budapest érige une nouvelle barrière de 41 km à la frontière. Hier, Viktor Orban a répété vouloir fermer hermétiquement sa frontière aux réfugiés en provenance de Croatie.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

769 morts à la Mecque : le grand mufti dédouane les responsables du hajj