DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Cartoon d'Or décerné à "Le tableau d'ensemble"

Vous lisez:

Cartoon d'Or décerné à "Le tableau d'ensemble"

Taille du texte Aa Aa

Les secrets de réalisation révélés par l'auteur du court métrage d'animation

“Le tableau d’ensemble” titre anglais “The bigger picture” est un court métrage d’animation couronné de succès.

Ces sept minutes qui retracent la triste histoire de l’accompagnement d’un parent âgé mélangent 3D et 2D. Ils ont séduit le jury du Cartoon d’or qui lui a remis le prix du meilleur court métrage d’animation européen.

Il a été réalisé par Daisy Jacobs : “C’est un monde assez irréel est drôle mais c’est un sujet assez sérieux. Ce n’est pas totalement une fantaisie ainsi un pot ne va pas se mettre à bouger tout seul mais s’il est vidé par un pour suggérer la colère de Nick et la frustration il va continuer à couler et à couler pour refléter ses sentiments. La technique vient du fait qu’on voulait au départ un personnage en 2D, un personnage peint, qui aspirerait toute la pièce. J’ai toujours fait de grands formats et je me suis dit que j’allais faire aussi de l’animation en grand format. Je me suis demandé comment je pouvais aller un peu plus loin et donc je me suis dit qu’il devait arriver dans l’espace et interagir avec des choses pour monter qu’ils sont de grande taille. C’est à ce moment là qu’est intervenue la troisième dimension. Ce qui a été le plus difficile c‘était la cuisine parce que c‘était la première fois que nous avions deux personnages qui jouaient et l‘élément du bras en 3D et l’interaction avec le papier mâché, le monde réel le monde iréel. Et c‘était la première fois que je travaillais vraiment avec Chris.”

Chris Wilder : “J‘étais l’accessoiriste et le principal animateur en stop motion. J’ai fait donc tous les accessoires et les différents bras que nous avons utilisés et pour la plupart je les ai animés dans le film. La technique que nous avons décidé d’utiliser c’est une technique dans laquelle les objets réels seraient poussés dans le mur par un personnage en 2D. Ce qui nous a contraint à nous procurer des objets en 3D parce que la plupart d’entre eux sont très lourds, c‘étaient des plats des théières. On ne pouvait pas les fixer au mur suffisamment longtemps pour avoir un plan. Ils devaient donc être beaucoup plus légers et donc être creux.
Nous avons donc dû recréer les accessoires avec du papier mâché.”

Daisy Jacobs : “L’obstacle principal que j’ai dû affronter c‘était de convaincre les gens que ça allait marcher, et que je n’allais pas peindre quelque chose, ou faire du stop motion ou même utiliser une technique mixte. Il me fallait un plateau en grandeur réelle, avec de grands personnages, j’allais tout peindre moi même, nous allions faire tous les accessoires. J’ai dit à cette époque que je pensais pouvoir faire deux films d’animation en même temps mais je n’aurais absolument pas pu le faire.”

Le cartoon d’or a été remis à Toulouse lors de la 26ème édition du Cartoon Forum, une plate-forme de coproduction où se retrouvent réalisateurs, producteurs et diffuseurs.